AccueilInternationalElections européennes : malgré leur piètre performance, les Verts espèrent influencer l’agenda de...

Elections européennes : malgré leur piètre performance, les Verts espèrent influencer l’agenda de l’UE

Jamais l’Union européenne (UE) n’a eu un agenda aussi vert que depuis 2019 et, pourtant, les écologistes n’en ont pas profité dans les urnes, bien au contraire. Au total, leur groupe au Parlement européen devrait compter 52 élus (sur 720), contre 71 avant les élections qui se sont tenues du 6 au 9 juin. Conséquence, les Verts, qui formaient la quatrième force politique à Strasbourg, devraient se voir rétrograder en sixième position, derrière les droites nationalistes et souverainistes en tous genres.

« En 2019, le climat était au cœur des élections européennes. Tous les partis politiques suivaient. En 2024, une partie de la campagne s’est faite contre le climat », explique l’eurodéputé néerlandais Vert Bas Eickhout. Entre ces deux scrutins, les Vingt-Sept ont adopté le pacte vert, c’est-à-dire plus de soixante législations destinées à emmener les Européens vers la neutralité carbone en 2050. Le Parti populaire européen (PPE), les socialistes et les libéraux « ont soutenu le pacte vert quand c’était politiquement coûteux de s’y opposer, avant de virer de bord quand ce n’était plus électoralement porteur et qu’on rentrait dans le dur de la transition », résume Philippe Lamberts, président sortant du groupe des Verts.

La victoire électorale surprise, aux Pays-Bas, du Mouvement agriculteur-citoyen (BBB) aux élections provinciales de mars 2023 a, de ce point de vue, constitué un tournant. En perte de vitesse, le PPE a brutalement changé de positionnement et fait du pacte vert l’objet politique à abattre, comme l’a illustré, à l’été 2023, la bataille homérique sur la loi sur la restauration de la nature dans l’hémicycle strasbourgeois.

La guerre en Ukraine, la flambée des prix de l’énergie qui s’est ensuivie, le ralentissement de l’économie ou encore la hausse des taux d’intérêt ont changé la donne. Les Vingt-Sept ont eu peur de voir émerger, à l’échelle du Vieux Continent, un mouvement de protestation, à l’image de celui des « gilets jaunes » en France à l’hiver 2018-2019. Ils ont aussi redouté la montée de l’extrême droite qui s’annonçait. Après le PPE, les libéraux se sont ainsi retournés, eux aussi, contre le pacte vert, à commencer par Emmanuel Macron qui, en mai 2023, a appelé à une « pause ».

Une « défaite sèche, amère »

La crise des agriculteurs, qui ont manifesté leur colère contre le « diktat vert de Bruxelles » partout en Europe début 2024, a consacré la fin des ambitions écologiques de l’UE pour le monde rural. Les contraintes environnementales de la politique agricole commune (PAC) ont été allégées, et plusieurs textes, notamment sur la réduction des pesticides, enterrés.

Il vous reste 64.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici