AccueilInternationalGuerre en Ukraine : rumeurs de limogeage de Valeri Zaluzhni, le chef...

Guerre en Ukraine : rumeurs de limogeage de Valeri Zaluzhni, le chef d’état-major de l’armée

Volodymyr Zelensky accompagné de son chef d’état-major, Valeri Zaloujhny, lors d’une visite sur le front en novembre 2023.
HANDOUT / AFP

Selon des médias anglo-saxons, le départ du très populaire général serait programmé depuis une réunion houleuse lundi.

Latentes depuis le lancement de l’offensive généralisée de Vladimir Poutine en Ukraine, les tensions entre Volodymyr Zelensky et le chef d’état-major de l’armée ukrainienne, Valeri Zaluzhni, avaient éclaté au grand jour à Kiev depuis des semaines. Selon des sources citées par le Washington Post, le président ukrainien aurait finalement signifié, lundi, son limogeage au très populaire général, qui dirige les opérations sur le champ de bataille depuis le 24 février 2022 : un remaniement militaire disruptif dans le contexte des difficultés rencontrées par l’Ukraine sur le champ de bataille.

Lundi, le porte-parole de Zelensky, Serhiy Nykyforov, a démenti le limogeage de Zaluzhni. «Il n’y a pas d’ordre, a déclaré Nykyforov. Le président n’a pas limogé le commandant en chef». Cependant, selon des sources citées par le Washington Post et The Economist, Zelensky lui aurait bien signifié son départ, ce même lundi, lors d’une réunion. Le général resterait en place en attendant qu’un successeur lui soit trouvé et la publication du décret officiel. L’an dernier, le départ effectif du ministre de la Défense, Oleksiy Reznikov, était intervenu plusieurs mois après une première annonce.

Désaccord sur la tactique

La très attendue contre-offensive, menée par les forces de Kiev avec les armes livrées par leurs alliés occidentaux, n’a pas abouti à la percée espérée à travers les lignes russes et n’a permis de récupérer que peu de territoires. Zaluzhni et ses homologues américains étaient en profond désaccord sur la tactique. Le commandant ukrainien avait finalement ignoré les directives des États-Unis visant à concentrer ses forces dans le Sud, ce qui, selon lui, aurait entraîné des pertes bien plus importantes, sans appui aérien.

Lors de la réunion de lundi, les divergences entre les deux hommes auraient atteint leur paroxysme en raison d’un désaccord sur le nombre de soldats que l’Ukraine doit mobiliser cette année. Zaluzhni réclame la mobilisation de près de 500.000 soldats, un chiffre jugé irréaliste par le président ukrainien, compte tenu de la pénurie d’uniformes, d’armes et de munitions, ainsi que des difficultés potentielles liées au recrutement. Pour le chef d’état-major, il s’agit de contrer la mobilisation russe de 400.000 hommes en cours et d’étoffer les rangs de l’armée ukrainienne, clairsemés par deux ans de rudes combats. En outre, Volodymyr Zelensky considère le général, véritable héros national dont le portrait orne toutes les écoles du pays, comme un rival, alors que sa popularité dépasse la sienne depuis que son équipe a commandé des sondages, pour préparer le terrain à une éventuelle entrée en politique.

L’identité du successeur de Zaluzhni n’est pas encore connue. Deux noms circulent avec insistance. Celui du chef du renseignement militaire ukrainien, le général Kyrylo Boudanov, âgé de 38 ans. Sa nomination signalerait une évolution vers des tactiques asymétriques dans une guerre où les lignes de front n’ont guère changé depuis plus d’un an. Cependant, il n’a jamais assumé de commandement effectif au sein de l’armée. Le général Oleksandr Syrsky, commandant des forces terrestres, salué pour avoir dirigé la défense de Kiev au cours du premier mois de guerre avant d’orchestrer une contre-offensive réussie dans la région de Kharkiv à l’automne 2022, est un autre candidat sérieux.


 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici