AccueilInternationalIsraël-Gaza : les négociations en vue d’un cessez-le feu se poursuivent, Blinken...

Israël-Gaza : les négociations en vue d’un cessez-le feu se poursuivent, Blinken doit transmettre à Israël la réponse du Hamas mercredi

Retrouvez ici notre point de situation publié hier

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, poursuit mardi 6 février sa tournée au Moyen-Orient pour tenter d’imposer un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, dévastée après quatre mois de guerre.

Pendant ce temps, les bombardements et les combats font rage dans l’enclave palestinienne. Des frappes ont touché les villes de Khan Younès (Sud) – accusée par Israël d’être une place forte du mouvement islamiste palestinien et pilonnée depuis des semaines – et de Rafah, à la frontière avec l’Egypte, où s’entassent plus de 1,3 million de personnes ayant fui les combats, sur un total de 2,4 millions d’habitants à Gaza.

Le ministère de la santé du Hamas a annoncé mardi un bilan de 27 585 personnes tuées et 66 835 blessées dans l’enclave palestinienne depuis le début du conflit. Ce bilan n’a pas pu être vérifié de manière indépendante.

Le Hamas dit avoir transmis sa réponse quant à un projet de cessez-le-feu au Qatar et à l’Egypte

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a publié mardi un communiqué dans lequel il affirme avoir remis aux médiateurs égyptiens et qataris sa réponse concernant un projet de cessez-le-feu avec Israël, qui inclut le sort des otages détenus depuis le 7 octobre.

Le texte ne précise pas la nature de cette réponse. Mais le Qatar a affirmé un peu plus tôt avoir reçu une réponse « positive » du Hamas « concernant le cadre général de l’accord sur les otages ».

Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a lui dit en début de soirée qu’il transmettra mercredi à Israël la réponse du Hamas. « Il y a encore beaucoup de travail à faire. Mais nous continuons à croire qu’un accord est possible et même essentiel, et nous continuerons à travailler sans relâche pour y parvenir », a-t-il déclaré à Doha.

Selon une source du Hamas, la proposition prévoit une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer entre 200 et 300 prisonniers palestiniens en échange d’une quarantaine d’otages, et 200 à 300 camions d’aide pourront entrer chaque jour dans le territoire. Or le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, exige un cessez-le-feu total. Israël, de son côté, continue d’affirmer qu’il ne mettra fin définitivement à son offensive qu’une fois le mouvement islamiste éliminé et les otages libérés.

Fin novembre, une première trêve d’une semaine avait permis l’entrée accrue d’aide humanitaire, et une centaine d’otages retenus à Gaza avaient été échangés contre des Palestiniens détenus par Israël. Quelque 250 personnes ont été enlevées le 7 octobre, et 132 otages sont toujours retenus à Gaza, selon Israël. Parmi eux, vingt-huit ont été déclarés morts par les services du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou.

Près de 8 000 personnes évacuées de l’hôpital Al-Amal, selon la Croix-Rouge

Quelque 8 000 personnes ont été évacuées lundi de l’hôpital Al-Amal de Khan Younès, encerclé par les combats, mais environ 300 autres s’y trouvent encore, a affirmé la Croix-Rouge mardi. « La situation humanitaire dans la bande de Gaza est plus que catastrophique », a déclaré un porte-parole de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Tommaso Della Longa, lors d’un point de presse à Genève. « Il y a encore actuellement une centaine de personnes âgées et de personnes handicapées qui n’ont pas pu quitter l’hôpital, 80 patients et 100 membres du personnel et bénévoles. Ils sont toujours à l’intérieur », a-t-il précisé.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Khan Younès, principale ville du sud de Gaza, qui abrite, selon Israël, des responsables du mouvement islamiste palestinien, est largement transformée en champ de ruines. Depuis plus de deux semaines, a expliqué M. Della Longa, l’hôpital Al-Amal a été « frappé à plusieurs reprises », y compris vendredi 2 février, causant la mort de la responsable du département jeunesse et bénévoles du Croissant-Rouge palestinien.

Les rebelles houthistes revendiquent deux nouvelles attaques au large du Yémen

Le conflit à Gaza s’est propagé dans la région, avec des tensions entre, d’un côté, Israël et, de l’autre, l’Iran et des groupes alliés, dont le mouvement chiite libanais Hezbollah, des milices irakiennes et les houthistes, des rebelles yéménites.

Les houthistes ont affirmé mardi avoir visé des navires américain et britannique au large du Yémen dans deux attaques distinctes qui s’ajoutent aux multiples autres qui ont perturbé le transport maritime mondial ces dernières semaines.

Les forces américaines avaient mené, dans la nuit de lundi à mardi, une nouvelle frappe contre les houthistes au Yémen, visant deux drones marins chargés d’explosifs, selon le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom). Depuis janvier, les Etats-Unis ont mené plusieurs opérations au Yémen et au large de ce pays en guerre en disant vouloir protéger les navires des attaques des houthistes.

Les rebelles yéménites ont commencé à s’en prendre à la marine marchande en novembre, en affirmant viser les cargos liés à Israël, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza. Les navires américain et britannique ont également été désignés comme des « cibles légitimes » après les premières frappes contre les positions des houthistes.

Le Monde avec AFP

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici