AccueilInternationalLa Mauritanie veut croire à la survie d’un G5 Sahel moribond

La Mauritanie veut croire à la survie d’un G5 Sahel moribond

Des chefs d’État lors du G5 Sahel en juin 2020, à Nouakchott en Mauritanie.
Pool/Pool/ABACA

DÉCRYPTAGE – L’enjeu est d’apporter une réponse sécuritaire aux groupes djihadistes armés, et d’offrir des perspectives de développement à cette région économiquement déshéritée.

Envoyé spécial à Nouakchott (Mauritanie)

En diplomatie aussi, il faut parier sur la marque, quitte à changer de stratégie et d’actionnaires. La langue du marketing est loin d’avoir envahi le petit cercle du pouvoir mauritanien, cependant telle est bien la teneur du discours tenu actuellement à Nouakchott. «Mais non le G5 Sahel n’est pas mort!», s’exclame-t-on, avant de préciser, toujours sans vouloir être cité, qu’«il n’a pas été dissous», et que «le Tchad et la Mauritanie sont fermement engagés à poursuivre» les efforts hier partagés avec le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Dans la capitale mauritanienne, un petit immeuble de quatre étages témoigne de l’existence physique du G5 Sahel. Le général, qui assure l’intérim du secrétariat exécutif, garde, avec une dizaine de collaborateurs, l’institution, en escomptant qu’un jour prochain une action diplomatique sera en mesure de relancer une alliance des pays de la région contre le djihadisme. Autre signe de vie, le 6 décembre 2023, les chefs…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici