AccueilInternationalLa Palestine veut plaider contre Israël devant la Cour internationale de justice

La Palestine veut plaider contre Israël devant la Cour internationale de justice

La Palestine demande à plaider au côté de l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ). Saisie par Prétoria fin décembre 2023, la plus haute instance judiciaire de l’ONU avait estimé, le 26 janvier, qu’il existe un risque plausible de génocide contre les Palestiniens de Gaza. « Aujourd’hui, le génocide est une réalité », écrit l’Autorité palestinienne dans une requête rendue publique lundi 3 juin. L’Afrique du Sud accuse Israël de violer la convention sur la prévention et la répression du crime de génocide. L’Etat de Palestine a bien ratifié cette convention en 2014. Mais seuls les Etats membres des Nations unies le sont aussi à la Cour internationale de justice. L’Autorité palestinienne a donc dû faire une déclaration spécifique vendredi, reconnaissant la compétence de cette Cour en cas de différend au sujet de la convention sur le génocide. Ce faisant, la Palestine se soumet elle-même à la juridiction de cette Cour.

Pour les Palestiniens, l’affaire engagée par l’Afrique du Sud concerne « de terribles actes de génocide au cours d’une prétendue “guerre de civilisation” menée par Israël » dans la bande de Gaza, mais aussi sur « l’ensemble du territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». La Palestine veut replacer la guerre enclenchée le 7 octobre avec l’attaque du Hamas dans le contexte plus large du conflit israélo-palestinien, vieux de soixante-seize ans. « La nature implacable de la campagne israélienne actuelle donne une expression concrète aux intentions génocidaires déclarées depuis longtemps par les dirigeants et les responsables israéliens mais jamais mises en pratique à une telle échelle », lit-on dans le document de 25 pages.

Pour les juristes palestiniens, le génocide est un « continuum » dont l’intention se lit notamment dans les déclarations des responsables politiques, au premier rang desquels Benyamin Nétanyahou. La requête rappelle qu’une semaine avant le conflit, le premier ministre israélien affichait, devant l’Assembée générale de l’ONU, une carte du « nouveau Moyen-Orient ». Pour Ramallah, elle était « une manifestation claire (…) de son intention de détruire le peuple palestinien, dans son intégralité ou en partie. »

« Effacer la société palestinienne »

La requête signée par le ministre adjoint des affaires étrangères et des expatriés, Ammar Hijazi, rappelle les épisodes les plus traumatiques des neuf mois d’une guerre, qui a déjà fait plus de 36 000 morts et 81 000 blessés : les tirs sur la foule affamée, les entraves à l’aide humanitaire, les destructions de toutes les infrastructures, dont les écoles et les mosquées, pour « effacer la société palestinienne, sa culture et ses institutions sociales de la carte ».

Il vous reste 46.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici