AccueilInternationalL’armée israélienne a bombardé dans la nuit une école gérée par l’UNRWA...

L’armée israélienne a bombardé dans la nuit une école gérée par l’UNRWA dans la bande de Gaza

L’hôpital Al-Aqsa de Deir Al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, a annoncé jeudi 6 juin un nouveau bilan de trente-sept morts dans la frappe israélienne nocturne qui a visé l’école Al-Sardi, gérée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, connue sous l’acronyme UNRWA.

L’école, située à Nousseirat, un camp de réfugiés dans le centre de la bande de Gaza, abritait des Palestiniens qui avaient fui les offensives et les bombardements israéliens dans le nord de Gaza. Selon les responsables locaux de la santé, vingt-trois femmes et enfants figureraient parmi les victimes.

« Des avions de combat de l’armée (…) ont mené une frappe précise sur une base du Hamas située à l’intérieur d’une école de l’UNRWA dans la région de Nousseirat » (centre), a écrit jeudi l’armée israélienne dans un communiqué, affirmant avoir éliminé dans cette attaque « plusieurs terroristes » ayant pris part selon elle à l’attaque du 7 octobre.

Selon l’armée israélienne, le Hamas avait intégré un « complexe » à l’intérieur de l’école – que les militants du Hamas et du Jihad islamique utilisaient comme abri – où ils planifiaient des attaques contre les troupes israéliennes. L’armée israélienne, qui n’a pas pu fournir de preuves dans l’immédiat, a déclaré avoir pris des mesures avant la frappe « pour réduire le risque de blesser des civils non impliqués… notamment en effectuant une surveillance aérienne et en obtenant des renseignements supplémentaires ».

Le Hamas a condamné une « guerre continue d’extermination et de nettoyage ethnique » contre le peuple palestinien.

« Une autre école de l’UNRWA transformée en abri a été attaquée, cette fois-ci à Nousseirat », dans le centre de la bande de Gaza, a écrit sur X Philippe Lazzarini. Le chef de l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens a ajouté que les forces israéliennes n’avaient donné aucun « avertissement préalable, ni aux personnes déplacées ni à l’UNRWA », précisant que l’agence de l’ONU avait transmis les coordonnées de cette école à l’armée israélienne.

« Attaquer, cibler ou utiliser des bâtiments de l’ONU à des fins militaires représente un mépris flagrant du droit humanitaire international », dénonce encore M. Lazzarini. Depuis le début de la guerre, « plus de 180 structures de l’UNRWA ont été touchées » ce qui a entraîné la mort de « plus de 450 personnes déplacées », selon le chef de l’agence onusienne.

Pour l’ONG israélienne de défense des droits humains B’Tselem, cette frappe « constitue potentiellement un crime de guerre ». « Comme cette guerre l’a démontré depuis le début, la mort de civils est le résultat inévitable du caractère des activités de l’armée israélienne dans la bande de Gaza », poursuit cette organisation, exhortant la communauté internationale à faire cesser les hostilités.

Cet établissement – où se trouvait selon M. Lazzarini 6 000 déplacés –, comme de nombreux bâtiments de l’UNRWA à Gaza, a été transformé en abri pour la population civile déplacée par les combats. Selon l’Agence France-Presse, des hommes inspectaient jeudi matin les dégâts occasionnés par la frappe.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Selon Médecins sans frontières (MSF), ce sont au moins 70 corps et 300 blessés, pour la plupart des femmes et des enfants, qui ont été transportés mardi et mercredi dans l’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa, après la dernière vague de frappes israéliennes.

L’organisation caritative internationale a ajouté, dans un message sur X, que l’hôpital a du mal à traiter « un afflux de patients, dont beaucoup arrivent avec de graves brûlures, des éclats d’obus, des fractures et d’autres blessures traumatiques ».

« L’odeur du sang dans la salle des urgences ce matin était insupportable. Il y a des gens étendus partout, sur le sol, dehors », avait déclaré sur X, Karin Huster, coordinatrice de MSF pour Gaza.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici