AccueilInternationalLe Liban redoute une implantation définitive des réfugiés palestiniens

Le Liban redoute une implantation définitive des réfugiés palestiniens

Un enfant portant un keffieh dans un camp de réfugiés palestiniens de Burj al-Barajneh (banlieue au sud de Beyrouth, le 5 février 2024).
ANWAR AMRO/AFP

Avec la crise économique, la paupérisation des Palestiniens du Liban s’est renforcée: 93 % d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté.

Beyrouth (Liban)

Dans le camp palestinien d’al-Buss, à Tyr, au sud du Liban, une pluie diluvienne harcèle ses quelque 10.000 habitants. «Je hais l’hiver», dit un passant, la casquette vissée sur la tête et le col de son caban remonté à la façon d’un vieux Parisien. Le déluge a au moins un bienfait: les drones de surveillance israéliens restent à terre, incapables de voler. «Un répit», considère Siham, venue se former aux techniques de gestion du stress dans l’une des associations du camp. Ici, la crainte d’un élargissement de la guerre, qui oppose le Hezbollah et ses alliés à Israël le long de la bande frontalière depuis l’opération Déluge d’al-Aqsa, est dans tous les esprits. «On vit avec l’impression d’un danger permanent», ajoute-t-elle.

Dans les venelles du camp d’al-Buss, c’est cependant une menace plus immédiate qui terrifie la population: le gel annoncé des financements de l’agence de l’Organisation des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), qui fournit une aide humanitaire…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici