AccueilInternationalLes deux humanitaires français tués en Ukraine étaient membres de l’ONG Entraide...

Les deux humanitaires français tués en Ukraine étaient membres de l’ONG Entraide Protestante Suisse

Un Ukrainien marche sur les décombres après une attaque de missile à Kharkiv le 23 janvier 2024.
SERGEY BOBOK / AFP

Le Quai d’Orsay a confirmé ce vendredi 2 février que deux Français avaient été tués et trois autres personnes blessées jeudi dans une frappe russe dans la région de Kherson.

L’information a été confirmée ce vendredi par le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné. Deux humanitaires français ont été tués dans une frappe russe à Beryslav, dans le sud de l’Ukraine. Trois autres personnes ont été blessées. Ces deux Français travaillaient pour l’ONG Entraide Protestante Suisse (EPER). Dans un communiqué, l’organisation humanitaire «confirme la nouvelle» et annonce la mort de deux de ses «collaborateurs» ayant subi une «attaque mortelle» dans le sud-est de l’Ukraine jeudi.

«C’est avec une grande tristesse que l’Entraide Protestante Suisse (EPER) confirme la nouvelle bouleversante d’une attaque mortelle qui s’est produite hier, le jeudi 1er février, dans le sud-est de l’Ukraine, précise le communiqué. Un groupe de collaboratrices et de collaborateurs a été attaqué vers 14h30 durant une intervention humanitaire. À cette occasion, deux des collègues estimés de l’équipe ont perdu la vie tragiquement et d’autres collaboratrices et collaborateurs ont été blessés.»

Deux hommes de nationalité française

L’ONG suisse «exprime sa profonde sympathie aux familles et aux proches de ses collègues décédés et blessés» et précise qu’elle «travaille d’arrache-pied pour évacuer ses collègues blessés en toute sécurité». Elle «condamne fermement cette attaque brutale et injustifiable, qui constitue une grave violation du droit international humanitaire».

L’EPER est une ONG suisse d’inspiration protestante, active dans une trentaine de pays. Outre son soutien proprement humanitaire, l’ONG indique qu’elle «apporte également son appui au travail diaconal des Églises réformées en Europe de l’Est et au Proche-Orient». Son action est guidée par quatre fondements détaillés sur le site internet : «la justice climatique, le droit à la terre et à l’alimentation, l’asile et la migration, l’intégration». Les collaborateurs de l’EPER dispensent parfois leur aide humanitaire sur le front lors des conflits armés, notamment en Ukraine.

Les civils «craignent d’être pris pour cible»

Dans son dernier communiqué (non daté) publié sur la guerre en Ukraine, l’EPER brosse le tableau d’intervention qui a pu être celui des humanitaires décédés. Le communiqué précise «fournir de l’aide à moins de 15 km de la ligne de front à Donetsk, Kharkiv et Kherson en distribuant des produits de première nécessité et des kits d’hygiène spécifiques aux femmes des régions de Kherson et d’Odessa ou des dons en espèce et en bons quand cela est possible». Il souligne que «les bombardements intensifs et les combats le long de la ligne de front dans l’est et le sud de l’Ukraine rendent l’acheminement de l’aide humanitaire complexe et imprévisible».

Les civils «craignent d’être pris pour cible sur les lieux de distribution, poursuit le document. La présence en première ligne est limitée pour des raisons de sécurité, avec un temps d’exposition limité dans les zones rouges à maximum une heure, et moins de 30 minutes dans les zones difficiles d’accès. Dans ce contexte, il n’est pas facile de trouver des personnes prêtes à aller sur la ligne de front et toutes ces difficultés font monter le prix des interventions.»

Beryslav, qui comptait environ 12.000 habitants avant la guerre, est située sur la rive nord du fleuve Dniepr, tout près de la ligne de front. Le gouverneur de la région de Kherson (sud), Oleksandr Prokoudine, a annoncé jeudi soir sur Telegram la mort de deux «volontaires» français dans une frappe russe, et précisé que trois étrangers et un Ukrainien avaient été légèrement blessés. Dans la foulée, la police nationale ukrainienne a précisé que les victimes étaient deux hommes de nationalité française visés par une attaque de drones. La police ukrainienne a également annoncé l’ouverture d’une enquête pour violation des lois de la guerre.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici