AccueilInternationalRobert Menasse, écrivain autrichien : « Il est grand temps de discuter de la...

Robert Menasse, écrivain autrichien : « Il est grand temps de discuter de la démocratie européenne, de ses déficits et de ses contradictions »

Je vous invite à un voyage dans le temps. Pourquoi ? En juin 2024 vont avoir lieu les élections pour renouveler le Parlement européen. Dans la foulée, il sera décidé qui deviendra le président ou la présidente de la Commission européenne ; de nouveaux commissaires seront envoyés par les Etats membres, alors que d’anciens seront confirmés dans leurs fonctions. Toutes ces décisions vont marquer, favoriser ou bloquer la politique européenne pendant cinq ans. Nous pourrons maîtriser les crises ou nous devrons les subir.

Il est grand temps de discuter de la démocratie européenne, de ses déficits évidents, de ses contradictions, de la nécessité de continuer à la faire évoluer. Vous allez me demander pourquoi. Après tout, l’Europe est démocratique, le pays où vous vivez est une démocratie. Tous les Etats membres de l’Union sont des démocraties. Qu’y a-t-il à changer là-dedans ? La démocratie est-elle donc ce à quoi vous êtes habitués, ce que vous connaissez ? Nous allons voter de temps en temps, et ceux qui assument ensuite les responsabilités politiques sont soit les élites bien connues de tous, soit des élites qui veulent se faire passer pour antiélitistes : soit des populistes qui ne sont pas très populaires, soit les populistes qualifiés de populistes par les populistes en mal de popularité.

Avoir cette habitude et avoir le droit de se mettre de temps en temps en colère en toute impunité, est-ce cela la démocratie, pour vous ? Et parce que c’est la démocratie, elle n’aurait pas à être remise en question ? Sérieusement ? Est-il écrit dans l’article un de la Constitution : « Tout le pouvoir provient de l’habitude » ? Le principe de démocratie est-il immuable ? Et puisque nous parlons de principe, revenons au tout début, à la racine de l’idée, au « berceau de la démocratie », au fondement des valeurs européennes. Remontons donc dans le temps jusqu’à l’époque de la Grèce antique ! Nous allons parler avec les gens avisés qui ont introduit l’idée de démocratie dans le monde européen et l’ont mise en pratique pour la première fois.

Avec Clisthène, au VIe siècle avant J.-C.

C’est là-bas que je vous emmène, et comme j’ai fait du grec au lycée, il ne devrait pas y avoir de problèmes de communication. Nous sortons de notre capsule qui nous a fait traverser le temps et rencontrons Platon. Nous n’avons pas très bien réglé l’horloge à remonter le temps, car Platon se montre très sceptique en matière de démocratie. Le fait que son maître, Socrate, ait été obligé de se suicider après une décision démocratique prise à la majorité est pour lui la preuve qu’un vote populaire va à l’encontre des lois supérieures de la raison.

Il vous reste 80% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici