AccueilInternationalUn juge ordonne à Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, de commencer...

Un juge ordonne à Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, de commencer à purger sa peine de prison avant le 1er juillet

Steve Bannon, ex-influent conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche, devra commencer à purger sa peine de quatre mois de prison au plus tard le 1er juillet, a ordonné, jeudi 6 juin, un juge fédéral.

La peine prononcée en octobre 2022 pour entrave aux pouvoirs d’enquête du Congrès en raison du refus de Steve Bannon de coopérer à l’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021 a été confirmée en appel le 10 mai 2024. Son application avait été suspendue en raison d’un recours de la défense, mais le juge Carl Nichols a levé cette suspension à la demande de l’accusation et ordonné que le prévenu, âgé de 70 ans, se présente en prison le 1er juillet au plus tard.

« J’ai d’excellents avocats et nous irons jusqu’à la Cour suprême s’il le faut », a lancé Steve Bannon à la sortie du tribunal. « Rien ne me fera taire », a-t-il ajouté, prédisant « un raz-de-marée » pour les républicains aux élections présidentielle et législatives du 5 novembre. Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle a déploré sur son réseau Truth social une « totale tragédie américaine », accusant de nouveau l’administration de son successeur démocrate Joe Biden « d’instrumentaliser » la justice contre ses opposants.

Un autre ex-conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche, Peter Navarro, également condamné à quatre mois de prison pour les mêmes faits, a lui commencé à purger sa peine en mars 2024.

Forcé de quitter l’exécutif

Le 6 janvier 2021, Steve Bannon avait échangé au téléphone avec M. Trump. Ce jour-là, des centaines de partisans du président sortant avaient pris d’assaut le Capitole, siège du Congrès américain, afin de tenter d’y empêcher la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection de novembre 2020.

Donald Trump n’a pas été directement inquiété par la justice pour l’assaut du Capitole, bien que la commission d’enquête parlementaire sur le 6 janvier 2021 ait recommandé en décembre 2022 des poursuites pénales à son encontre, notamment pour appel à la rébellion et complot contre les institutions américaines. Il a néanmoins été inculpé en août 2023 par un tribunal fédéral à Washington puis par la justice de l’Etat de Géorgie pour ses tentatives présumées illicites d’obtenir l’inversion des résultats de l’élection de 2020. Aucune date définitive n’a encore été fixée pour ces deux procès.

C’est dans les derniers mois de la campagne victorieuse de Donald Trump en 2016 que Steve Bannon a commencé à imprimer sa marque, dénonçant un ordre mondial contrôlé par des élites politiques et financières. Il l’a suivi à la Maison Blanche en 2017 mais a été forcé de quitter l’exécutif en août de la même année après les violences de Charlottesville en Virginie, où se tenait un rassemblement de militants de la droite radicale. Une jeune femme avait trouvé la mort après qu’un sympathisant néonazi eut foncé en voiture dans un groupe de manifestants antiracistes.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici