AccueilInternationalKeir Starmer, le nouveau premier ministre britannique, confirme vouloir abandonner le projet...

Keir Starmer, le nouveau premier ministre britannique, confirme vouloir abandonner le projet d’expulsion de migrants au Rwanda

Le nouveau premier ministre britannique, Keir Starmer, a confirmé samedi 6 juillet qu’il n’était « pas prêt » à poursuivre le projet du précédent gouvernement conservateur d’expulser des migrants au Rwanda. Ce projet « était mort et enterré avant même de commencer. Il n’a jamais été dissuasif (…), je ne suis pas prêt à continuer avec des mesures gadget », a affirmé Keir Starmer lors d’une conférence de presse organisée après le premier conseil des ministres du gouvernement travailliste.

Fin juin, lors du dernier débat qui avait opposé M. Starmer à son prédécesseur, Rishi Sunak, le sujet avait provoqué un vif échange. M. Sunak avait défendu son projet et vivement attaqué Keir Starmer sur le manque de précision de son programme.

Lorsqu’il était dans l’opposition, Keir Starmer avait déjà annoncé son intention de mettre fin à ce projet controversé des conservateurs, lancé en 2022 mais jamais mis à exécution. Il consistait à envoyer des migrants ou demandeurs d’asile au Rwanda, sans possibilité de revenir au Royaume-Uni.

13 500 migrants ont traversé la Manche depuis janvier

Rishi Sunak comptait faire démarrer les expulsions cet été et les autorités avaient commencé début mai à arrêter des migrants susceptibles d’être envoyés au Rwanda. Mais, avec l’incertitude que faisait peser le scrutin législatif, la justice avait ordonné la libération de dizaines d’entre eux.

Le sujet de l’immigration a été un des principaux thèmes de la campagne électorale qui vient de s’achever au Royaume-Uni et qui a vu le Labour remporter une très large majorité à la Chambre des communes. Le nouveau gouvernement prévoit notamment de déployer des moyens inspirés de la lutte antiterroriste pour contrer les groupes de passeurs, ou encore de renforcer la coopération avec l’Europe, notamment la France.

Il s’est aussi engagé à augmenter les moyens de traitement des demandes d’asile au Royaume-Uni, alors que le système est engorgé depuis plusieurs années. Depuis le début de l’année, plus de 13 500 migrants ont traversé la Manche pour arriver au Royaume-Uni.

Lors d’un discours prononcé vendredi, M. Starmer avait par ailleurs mis l’accent sur plusieurs points, comme la remise en état du National Health Service, le service public de santé, la pauvreté ainsi que la sécheresse, les vagues de chaleur et les inondations imputées au changement climatique.

Le Monde avec AP et AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici