AccueilMode de vieLa chaise Tennis, de Pierre Charpin : belle de match

La chaise Tennis, de Pierre Charpin : belle de match

Cette assise pour arbitre n’a jamais fiché ses pieds sur la terre battue de Roland-Garros, pour laquelle elle avait été conçue en 2005. Sa vie et sa renommée se sont faites ailleurs, chez les particuliers et dans des endroits insolites. On la retrouve au bord de piscines privées ou dans des hôtels chics, où elle sert de point de vue et de bain de soleil, plus près du ciel. Ou bien au pied d’une bibliothèque XXL, pour attraper les livres haut perchés et les feuilleter aussitôt, selon une idée du couturier Karl Lagerfeld qui en avait acheté deux pour sa librairie parisienne 7L, rue de Lille, et les avait fait peindre en noir.

Cet équipement sportif aurait dû, à l’origine, succéder aux chaises d’arbitre 1920 encore en service à Roland-Garros au tournant du XXIe siècle, de celles qui avaient vu la victoire des « quatre mousquetaires » (René Lacoste, Henri Cochet, Jean Borotra et Jacques Brugnon). Il est dessiné par Pierre Charpin, un designer que Tectona, spécialiste français du mobilier d’extérieur, rencontre pour la première fois dans le cadre de ce projet. Le créateur va tenir compte des normes exigeantes liées à cette assise consacrée aux compétitions de tennis.

« J’ai retenu les dimensions du modèle 1920, qui avait fait ses preuves pendant des décennies à Roland-Garros, raconte Pierre Charpin. J’ai choisi une structure en aluminium pour me permettre un dessin aérien et intemporel. Les assises et les dossiers avec accoudoirs sont, pour plus de confort et de chaleur, habillés de lattes de teck, le matériau en bois dur durable privilégié par Tectona. »

Marches antidérapantes

Devant pouvoir être aisément déplacée sur les cours, la chaise Tennis est montée sur rouleaux à l’arrière. Elle est dotée de marches antidérapantes assez larges pour que l’arbitre puisse en descendre sans regarder ses pieds, les yeux éventuellement rivés sur une trace litigieuse laissée par la balle. Cela fait partie du cahier des charges.

Las ! un changement de direction à la tête de la Fédération de tennis plus tard, et voilà le projet abandonné. La maison Tectona qui avait mandaté Pierre Charpin décide nonobstant de sortir la chaise, qu’elle met à son catalogue en 2006.

De là commencent les détournements. Voici aussi l’assise érigée en star des séances photo et des clichés instagrammables sur les terrasses huppées de la capitale. La chaise, qui fait école auprès de marques rivales, s’est vendue sans discontinuer depuis presque vingt ans, avec une croissance « dynamique ces dernières années, en France après le Covid, et depuis peu à l’international », précise Blanche Aloisi de Crépy, la directrice générale de Tectona. Du tennis à la plage, il n’y a qu’un rebond : en juin 2024, ce sont des draps de bain que Pierre Charpin a dessiné pour l’enseigne française.

Notre sélection : Article réservé à nos abonnés 50 objets, 50 histoires qui ont révolutionné le design

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici