AccueilCultureLa fille de l'écrivaine Alice Munro raconte avoir été agressée sexuellement par...

La fille de l’écrivaine Alice Munro raconte avoir été agressée sexuellement par son beau-père

Andrea Robin Skinner explique avoir été agressée sexuellement par Gerald Fremlin lorsqu’elle avait 9 ans. Elle affirme avoir tout raconté à sa mère dans une lettre des années plus tard, alors qu’elle était âgée de 25 ans.

Une nuit, en 1976, alors que sa mère était absente, «son mari, mon beau-père, Gerald Fremlin, a grimpé dans le lit où je dormais et m’a agressée sexuellement», écrit Andrea Robin Skinner dans un texte diffusé dans le quotidien canadien Toronto Star . Elle était alors âgée de neuf ans.

La plus jeune fille de l’écrivaine canadienne Alice Munro a publié dimanche un essai percutant quelques mois après le décès de sa mère, dans lequel elle raconte avoir subi des violences sexuelles de la part de son beau-père, ce que sa mère aurait choisi de taire. Elle explique avoir tout raconté à sa mère dans une lettre des années plus tard, alors qu’elle était âgée de 25 ans. Alice Munro a «réagi exactement comme je l’avais craint, comme si elle avait appris une infidélité», écrit Andrea Robin Skinner. Celle-ci a choisi de rester avec son mari et de garder le silence. «Nous avons tous recommencé à faire comme si rien ne s’était passé», soutient sa fille.

Alice Munro, spécialiste de la nouvelle et récompensée en 2013 par le prix Nobel de littérature, est décédée à l’âge de 92 ans en mai. Elle avait épousé Gerald Fremlin dans les années 1970, après la fin de son précédent mariage. Il est décédé en 2013. Lorsqu’elle était seule avec lui, Andrea Robin Skinner allègue que l’homme multipliait les «blagues obscènes», «s’exhibait pendant les trajets en voiture» et lui «parlait des petites filles du quartier qu’il aimait».

À l’âge de 38 ans, après avoir lu des commentaires élogieux de sa mère envers son mari dans un entretien au New York Times, elle a porté plainte à la police pour avoir «une trace de la vérité, une preuve publique que je n’avais pas mérité ce qui m’était arrivé». Gerald Fremlin a plaidé coupable en 2005 à une accusation d’attentat à la pudeur.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici