AccueilÉconomieLe tombeur de Casino cible les laboratoires Eurofins

Le tombeur de Casino cible les laboratoires Eurofins

Muddy Waters, le tombeur de Casino, est de retour en France et cible, cette fois, une entreprise du CAC 40. Le fonds activiste piloté par le célèbre vendeur à découvert américain Carson Block a publié, lundi 24 juin, un rapport de 35 pages critiquant Eurofins Scientific, le géant mondial de la bioanalyse, qu’il accuse d’être « optimisé pour la malversation ». Le groupe, créé en 1987 à Nantes, mais dont le siège social a été transféré à Bruxelles, n’a pas réagi dans l’immédiat à ces allégations.

Après avoir été suspendue, l’action Eurofins affichait lundi une baisse de près de 17 %, ayant entraîné l’évaporation de 1,7 milliard d’euros de valeur boursière. M. Block précise qu’il détient une position vendeuse, autrement dit, il a emprunté au préalable des actions du groupe, les a revendues et compte bien les racheter moins cher afin de les rendre à leur propriétaire, en encaissant une belle plus-value au passage.

Mais le financier se présente aussi comme un journaliste d’investigation. « Ce rapport est une opinion journalistique », indique-t-il en préambule. Son analyse s’appuie d’ailleurs sur des « sources », d’anciens employés d’Eurofins qu’il a pu interroger, et dont il rapporte des propos sous couvert d’anonymat. M. Block n’a pas contacté directement l’entreprise cofondée et dirigée par le Français Gilles Martin mais, visiblement, a fait poser des questions par d’autres investisseurs.

« Collection d’entreprises avec un esprit start-up »

En octobre 2019, le traqueur de salmonelle et autres coronavirus avait déjà fait l’objet d’une campagne activiste de la part d’un vendeur à découvert. Pointant l’organisation jugée très complexe d’un géant employant 61 800 collaborateurs, qui s’est construit par acquisitions, le britannique ShadowFall avait mis en doute la fiabilité de la comptabilité d’Eurofins, jugeant même possible une crise de liquidités.

Ces critiques avaient, toutefois, été vite éteintes, la pandémie de Covid-19 ayant fait bondir les profits d’Eurofins et son cours de Bourse. A tel point que le spécialiste de la bioanalyse avait fait son entrée au CAC 40 le 17 septembre 2021. Dans un portrait publié par Le Monde le 9 novembre 2021, Gilles Martin présentait alors Eurofins comme une « collection d’entreprises avec un esprit start-up ». Le groupe pesait plus de 23 milliards d’euros : depuis, sa capitalisation a été divisée par deux, avant même la nouvelle charge lancée lundi.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gilles Martin, un patron très discret du CAC 40

Les accusations de M. Block se concentrent également sur la « complexité » de la structure et de la comptabilité d’Eurofins, de nature, selon le financier, à cacher des « malversations », dont certaines pourraient enrichir Gilles Martin, le premier actionnaire. L’ingénieur contrôle Analytical Bioventures, qui détient 32,7 % du capital d’Eurofins et 60 % des droits de vote.

Il vous reste 14.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici