AccueilInternationalLégislatives au Royaume-Uni : avancée historique de la parité

Législatives au Royaume-Uni : avancée historique de la parité

Les dernières élections législatives britanniques ont permis à la Chambre des communes d’avoir désormais plus de 40% de députées, et autant de femmes que d’hommes ministres.

Le 4 juillet dernier, les Britanniques ont élu une nouvelle Chambre des Communes et donné une majorité absolue au Parti travailliste. Cette victoire de la gauche centriste, qui a propulsé Keir Starmer (à la tête du Labour depuis 2020) au rôle de premier ministre, a également amené une nouvelle vague de femmes au sein des institutions politiques britanniques.

Du côté des députés

Sur les 650 élus de la «House of Commons», la Chambre des Communes, 263 sont des femmes, représentant ainsi un peu plus de 40% (40,46) des nouveaux MPs, les membres du Parlement britannique. Un chiffre étonnamment élevé puisque parmi tous les candidats aux législatives, seuls 31% étaient des femmes. Ce pourcentage de députées est en nette hausse ces dernières années, puisque la dernière Chambre des Communes comptait 220 élues, soit 35% de femmes, et qu’en 2010 elles ne représentaient que 22% des députés, un chiffre qui a aujourd’hui presque doublé. Au sein des partis majoritaires, la part des élues est très différente puisque au Parti travailliste, elles sont 46% contre seulement 24% pour les conservateurs.

Sur les 263 élues cette année, 129 sont de nouvelles députées, les autres ayant été réélues pour un nouveau mandat. Avant ces élections, le nombre total de femmes ayant siégé à la Chambre basse du parlement britannique depuis 1918 n’était que de 564. En additionnant toutes celles qui ont été députées, on n’aurait pu remplir tous les sièges du Parlement mais avec les nouvelles élues de cette année, ce total s’élève désormais à 693.

Si ces chiffres sont encourageants, les femmes ont pourtant mis du temps à s’imposer sur la scène politique britannique. En effet, ces dernières peuvent se présenter comme candidates à la Chambre des Communes depuis 1918, le Royaume-Uni étant le quatrième pays à avoir autorisé des élus de sexe féminin à exercer des carrières politiques.

Les ministres du Cabinet

En juin dernier, le manifeste du Parti travailliste s’engageait à défendre les droits des femmes. Un engagement qui se reflète dans le choix de son gouvernement. Sur les 22 ministres du Cabinet, 11 sont de sexe féminin, lui permettant ainsi d’atteindre pour la première fois la stricte parité. Le dernier gouvernement qui avait le plus frôlé la parité était celui de 2006-2007, avec 36% de femmes ministres.

En outre, ces femmes ont hérité de ministères clés, tels l’Intérieur pour Yvette Cooper, la Justice pour Shabana Mahmood, le Travail et les Retraites pour Liz Kendall. De même, Angela Rayner a hérité du poste de vice première ministre et secrétaire d’État à l’Égalité des chances, au logement et aux communautés, et Lucy Powell a quant à elle été nommée présidente du Conseil et Leader de la Chambre des communes. Enfin, du côté du ministère chargé des Finances et du trésor, c’est Rachel Reeves qui devient la nouvelle Chancelière de l’Échiquier. Une première dans l’histoire du Royaume-Uni qui est d’autant plus symbolique puisqu’il s’agit d’une des institutions les plus anciennes de la politique britannique, datant de 1316. Enfin, le ministère de la Culture a été confié à Lisa Nandy et celui des Transports à Bridget Phillipson.

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici