AccueilSportsL’Euro à bout de souffle de l’équipe de France, de l’espoir à...

L’Euro à bout de souffle de l’équipe de France, de l’espoir à la chute

Quelle place l’Euro 2024 aura-t-il dans la longue histoire de l’équipe de France ? Au rang des images marquantes, le nez fracturé de Kylian Mbappé, la force tranquille des Bleus dans l’épreuve des tirs au but remportée face au Portugal ou les prises de position inédites de plusieurs joueurs sur les élections législatives resteront dans les esprits. Mais il sera plus difficile de se souvenir d’une action de jeu, de buts qui imprègnent la rétine ou d’émotions collectives.

On connaît le sélectionneur français : pour lui, seul le résultat compte et entre dans l’histoire. Didier Deschamps en a convaincu son groupe cette année encore. Une méthode inattaquable quand la victoire est au bout. Mais quand elle se dérobe, comme lors de cette édition 2024 achevée en demi-finales, c’est le néant qui guette les Bleus et la trace qu’ils laissent dans le cœur du public.

L’équipe de France a atteint les demi-finales pour la quatrième fois sur ses cinq grandes dernières compétitions et Didier Deschamps en est le principal artisan. C’est une réussite, au vu des difficultés accumulées par les Bleus avant et durant la compétition. Mais également une frustration, car les Bleus auraient peut-être pu s’y prendre autrement pour surmonter ces obstacles, alors que leur sélectionneur – confirmé, mercredi, jusqu’en 2026 par le président de la Fédération française de football, Philippe Diallo – est apparu à court de réponses. Retour sur six semaines d’une épopée inaboutie.

La préparation : la divergence des états de forme

En ces derniers jours de mai, une pluie d’automne arrose le verdoyant Centre national du football, à Clairefontaine (Yvelines), quand s’approchent les véhicules qui débarquent un à un les joueurs sélectionnés pour disputer l’Euro deux semaines plus tard, en Allemagne. Depuis quelques années, leur arrivée vire au concours de tenues, tout autant un défi entre jeunes gens fortunés qu’une opération marketing, destinée à nourrir Instagram, la presse people et les sujets de fin de JT. Mais cette fois, piégés par la pluie battante, ils ont à peine le temps de poser pour les photographes, et grimpent rapidement les marches du « Château », surnom de leur résidence.

Le temps est compté. Dans moins de vingt jours, les Bleus doivent débuter leur Euro face à l’Autriche, sélection réputée pour sa puissance athlétique. Il s’agit d’être prêt, d’entrée, à répondre au sérieux défi physique de Das Team. Et aussi, de préparer les organismes à une compétition qui peut durer un mois si les Bleus vont au bout, leur ambition.

Il vous reste 87.48% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici