AccueilMode de vieLes cinq silhouettes qui ont marqué la semaine de la haute couture...

Les cinq silhouettes qui ont marqué la semaine de la haute couture à Paris

Les défilés haute couture, qui ont eu lieu à Paris du 22 au 25 janvier, sont l’occasion pour les maisons, membres permanents ou invités du calendrier officiel, de présenter leur savoir-faire à la main et sur mesure. Petit tour d’horizon de quelques silhouettes fortes repérées sur les podiums.

Viktor & Rolf, coupes et découpes

Depuis qu’il a intégré en 2013 le calendrier officiel de la haute couture, le duo néerlandais Viktor & Rolf apporte une dose d’humour et de décalage dans cet univers parfois un peu compassé. Cette saison, cap sur l’essence même de la couture : les coupes et les découpes. Robes du soir, tailleurs et manteaux se succèdent en différentes versions, de la tenue intacte à sa version de plus en plus découpée, dévoilant la doublure, comme sur cette robe bustier coupée en deux. Un joli effet de style.

Sara Chraïbi, kaftans résilients

Maison Sara Chraïbi.

La Marocaine Sara Chraïbi raconte à chacune de ses collections un petit bout de son pays – cette saison, le tremblement de terre dans le Haut Atlas de septembre 2023. « J’ai voulu rendre hommage à la terre marocaine, si résiliente », explique-t-elle. Cela se traduit par des robes et des kaftans déclinés dans une palette ocre, terre de Sienne ou terre d’ombre, et notamment ce manteau aux manches kimono en satin imprimé, reproduisant une vue de la mosquée de Tinmel, édifice du XIIe siècle qui n’a pas résisté au séisme.

Yuima Nakazato, robe fourreau d’opéra

Yuima Nakazato.

Le designer japonais signe les costumes de l’opéra Idoménée, dont la première aura lieu au Grand Théâtre de Genève, le 21 février. Il présente ici ses créations façonnées à partir de textiles déchiquetés qu’il a récupérés sur des uniformes et des vêtements de travail. Magie de la couture, les voici transformés en des tenues grand soir, décorées de céramique, de verre et de platine, à l’image de cette robe fourreau.

Maison Margiela, vestiaire polymorphe

Maison Margiela.

Le génie de John Galliano tient autant à ses créations spectaculaires qu’à sa mise en scène soignée. Dans une brasserie abandonnée recréée sous le pont Alexandre-III, il propose un vestiaire polymorphe dont le travail des matières est le secret. A l’image de ce manteau en organza de soie et crin volontairement plissé et strié à l’extrême, ressemblant à s’y méprendre à du carton.

Jean Paul Gaultier par Simone Rocha, cônes et icônes

Jean Paul Gaultier x Simone Rocha.

Depuis 2021, Jean Paul Gaultier confie les rênes de ses collections haute couture à d’autres créateurs. Après Julien Dossena pour Paco Rabanne ou Chitose Abe de Sacai, c’est Simone Rocha qui s’y est attelée cette saison. L’Irlandaise s’est approprié les codes du créateur, notamment les iconiques poitrines en cônes, que l’on retrouve sur ce manteau vert sapin entièrement drapé.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici