AccueilMode de vieLes coups de maîtres du design passés en revue

Les coups de maîtres du design passés en revue

Avec son catalogue composé des plus grandes icônes du mobilier du XXe siècle, Cassina jouit d’une place exceptionnelle dans un monde du design fasciné par sa propre histoire. D’ailleurs, l’éditeur italien ne s’en cache pas, il tire une grande majorité de ses revenus des chaises, fauteuils, canapés et tables dessinés par ces figures que sont Le Corbusier, Charlotte Perriand ou Gio Ponti

Une spécialité, construite dans le temps, que raconte Ivan Mietton, historien du design, curateur et auteur du livre Echoes, consacré à ces maîtres. « Cassina est la première entreprise à avoir proposé des rééditions de mobilier moderniste, explique-t-il. A la fin des années 1950, la galeriste suisse Heidi Weber négocie avec Le Corbusier l’édition de son mobilier de 1929, les célèbres fauteuils Grand confort ou la Chaise longue, en métal, dessinés avec Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand. Très vite, le succès commercial est au rendez-vous et Heidi Weber, qui fait fabriquer ce mobilier par Cassina, n’arrive pas à suivre les demandes de sa clientèle. Au moment du décès de Le Corbusier, elle décide donc de céder ses droits à l’éditeur italien. »

Cassina acquiert au même moment les droits du père de la modernité, l’architecte écossais Charles Rennie Mackintosh, et du designer néerlandais Gerrit Rietveld. « Aujourd’hui, on a du mal à réaliser à quel point vendre ce mobilier était visionnaire », rappelle Ivan Mietton.

Chaise Hill House 1, de Charles Rennie Mackintosh, document de la collection iMaestri de Cassina.

En 1973, l’éditeur décide de réunir ces maîtres disparus dans une collection dédiée, iMaestri était née. Un catalogue de quatorze figures du design moderne auquel l’éditeur consacre une somme à l’occasion de son 50e anniversaire. « Nous avons voulu un livre à la fois accessible et précis », détaille Ivan Mietton, qui a collaboré avec le directeur artistique Nicola Aguzzi.

Le fondateur du studio Undo-Redo a imaginé un livre à la fois très coloré et bourré d’informations précises et d’illustrations, dont certaines inédites : des dessins de Charles Rennie Mackintosh prêtés par la Glasgow School of Art, de Carlo Scarpa conservés aux archives de Castelvecchio, à Vérone, des planches-contacts du catalogue original de Gio Ponti ou une photo du prototype d’un canapé de Vico Magistretti finalement jamais entré en production.

« Pour ce mobilier très connu, nous nous devions de proposer des documents inédits et pas du déjà-vu », juge Ivan Mietton. Chaque portrait de designer est constitué d’une courte biographie, d’un tableau chronologique (reprenant les dates et les noms d’époque de ses créations) ainsi que de photos et de textes consacrés à ses principales œuvres. Une somme en anglais destinée aux professionnels et aux passionnés de design qui permet de rappeler combien ces classiques étaient loin d’en être au moment de leur création.

Echoes : Cassina. 50 Years of iMaestri. Sous la direction d’Ivan Mietton, Rizzoli, 352 p., 85 €.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici