AccueilInternationalNicolas Baverez: «La France en apesanteur»

Nicolas Baverez: «La France en apesanteur»

CHRONIQUE – Au terme des élections de 2024, la France reste l’homme malade de l’Europe et elle ne dispose ni d’un projet, ni d’institutions en ordre de marche, ni des forces et du socle politiques pour engager son redressement.

Au moment où la victoire éclatante du Labour de Keir Starmer réhabilite la social-démocratie et referme le cycle populiste du Brexit, la France, au terme de la dissolution décidée contre toute raison par Emmanuel Macron et d’une campagne électorale déconnectée du réel, se trouve placée en apesanteur. En guise de clarification politique, notre pays bascule dans l’inconnu, alors qu’il doit organiser les Jeux olympiques, que la Nouvelle-Calédonie s’embrase à nouveau, que l’économie est à l’arrêt, que la dette publique est mise sous surveillance par les agences de notation, les marchés financiers et nos partenaires européens.

Apesanteur économique. En dépit du déversement de quelque 1000 milliards de dépenses publiques depuis 2017, la croissance française était inférieure à 1 % avant la dissolution en raison de la persistante faiblesse de l’offre productive, tout particulièrement dans le domaine de l’industrie puisque notre pays ne produit que 36 % des biens manufacturiers qu’il consomme. L’activité…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici