AccueilSportsParis 2024 : la flamme olympique a permis à la Martinique de « vibrer...

Paris 2024 : la flamme olympique a permis à la Martinique de « vibrer à domicile »

Après avoir majestueusement glissé, au ralenti, dans la baie de Fort-de-France, dans la lumière dorée du coucher du soleil, le maxi-trimaran Banque Populaire XI, parti de Guadeloupe quelques heures auparavant, a enfin accosté, devant plus de 2 000 personnes venues assister à l’arrivée de la flamme olympique en Martinique. La foule pouvait exulter de joie lorsque, peu avant 19 heures, la nageuse Coralie Balmy, native de l’île, a émergé du multicoque de 32 mètres en brandissant la torche : la trente-troisième étape du relais de la flamme olympique peut commencer.

Les acclamations sont allées crescendo alors que cette spécialiste des épreuves de nage libre, sacrée championne d’Europe sur 400 mètres à Debrecen (Hongrie) en 2012 et médaillée de bronze en relais 4×200 m aux Jeux olympiques de Londres la même année, a parcouru la promenade du front de mer, puis, les yeux embués de larmes d’émotion, et allumé le chaudron olympique sur l’esplanade qui borde le parc de La Savane.

Tour à tour, plusieurs personnalités locales ont pris la parole, sans lésiner sur les hyperboles. Didier Laguerre, le maire (apparenté Parti socialiste) de Fort-de-France, a évoqué sa « grande fierté » d’accueillir « ce symbole de paix ». Serge Letchimy, le patron de la Collectivité territoriale de Martinique (CTM) et proche de l’édile foyalais, a salué la « reconnaissance » faite à sa région qui a « donné au monde entier de très nombreux champions ».

« C’est génial de voir que le peuple de Martinique s’est déplacé pour voir l’arrivée de la flamme olympique », s’extasiait Coralie Balmy à l’issue de la cérémonie. La championne de 37 ans s’est pliée de bonne grâce aux nombreuses demandes de selfies de ses admirateurs. De temps à autre, elle a embrassé de vieilles connaissances venues la saluer.

Une élégante sexagénaire à la silhouette menue était de celles-ci. « On l’a vu évoluer très jeune et c’était déjà une super nageuse. Mais elle est restée très humble », s’enthousiasmait Yolène Largen-Marine, ancienne présidente de la ligue de natation de Martinique. « C’est un moment historique : c’est la première fois, et sans doute la seule, que nous recevons la flamme », ajoutait cette adjointe au maire de Schœlcher, ville de la banlieue de Fort-de-France.

« Dans cette période, c’était réconfortant »

Les spectateurs étaient aux anges. « Même si ça a coûté beaucoup d’argent, ça en valait la peine parce que ça met à l’honneur notre pays, commentait Brune Le Mevel, un Foyalais de 60 ans. Dans cette période que nous sommes en train de traverser, tant au niveau mondial qu’au niveau national, j’ai trouvé que c’était réconfortant. Ça m’a donné du baume au cœur ».

Il vous reste 60.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici