AccueilEnvironnementQuestions d'environnement - Faut-il encore craindre les sacs plastique?

Questions d’environnement – Faut-il encore craindre les sacs plastique?

La France est parmi les plus gros consommateurs de plastique en Europe. 4,8 millions de tonnes sont utilisées chaque année, soit 70 kg par Français par an. Pour lutter contre le fléau de la pollution, le pays a donc interdit la distribution de sacs plastique jetables depuis 2017. Une avancée importante même si cette interdiction ne concerne pas toute la gamme.  

Cela concerne uniquement les sacs légers, dont l’épaisseur est inférieure à 50 microns. Les sacs plus épais sont encore autorisés, car on considère qu’ils sont réutilisables, ce qui n’est pas forcément le cas, loin de là. Mais les sacs légers ont beau être interdits, on les retrouve encore régulièrement dans les commerces, car les contrôles sont quasiment inexistants. Et puis il y a des sacs plastiques légers qui restent autorisés s’ils sont biosourcés, donc faits avec des matériaux naturels ou compostables, donc bio dégradables. Mais pour Charlotte Soulary de Zéro Waste France, il faut se méfier des sacs compostables : « Le problème, c’est qu’il faudrait pouvoir le trier de façon séparer, ce qui n’est pas fait. Et ensuite, il faudrait pouvoir le composter de façon industrielle, ce qui n’est pas fait non plus. »

Des sacs compostables qui ne sont donc pas vraiment compostables

Il faut éviter de composter ces sacs dans son jardin. Dans un avis de novembre 2022, l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, précise que « ces matières sont susceptibles de contribuer à une pollution de l’environnement et des aliments cultivés, et présentent un risque pour la santé humaine. » Un avis partagé par l’agence de la transition écologique qui recommande également de ne pas composter ces sacs plastiques pourtant censés être compostables. 

Les emballages plastiques, un autre fléau

Alors qu’ils ont été interdits, puisque ce sont des plastiques à usage unique, on retrouve des emballages plastiques dans toutes les grandes surfaces. Car là encore, il y a des exceptions. « Dans le cas des fruits et légumes, un décret d’application a été poursuivi en justice par des industriels. Et ils ont obtenu un certain nombre d’exemptions » rappelle Charlotte Soulary.

À écouter aussiPollution plastique, un défi planétaire

Manque d’offres pour consommer différemment

Zero waste France a fait des enquêtes auprès de consommateurs et une grande majorité est prête à se passer de sacs ou d’emballages plastiques à usage unique, conscients de l’absurdité de consommer, pour quelques minutes, du plastique et donc du pétrole, qui participe au réchauffement de la planète. Selon Charlotte Soulary, il faut maintenant que cela se traduise politiquement, avec des interdictions réelles de tous les plastiques à usage unique, et économiquement avec de vraies alternatives durables à ces emballages qui ne le sont pas. 

À lire aussiLes négociations pour un traité contre la pollution plastique se poursuivent malgré de profondes divergences

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici