AccueilScience & TechnologieCancer : les stratégies d’innovation françaises

Cancer : les stratégies d’innovation françaises

Le fardeau du cancer ne cesse d’augmenter, alerte l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, dimanche 4 février. En 2022, les cancers ont tué 9,7 millions de personnes et touché 20 millions de nouveaux individus à travers le monde. Environ une personne sur cinq développe un cancer au cours de sa vie. En France, il reste la première cause de mortalité prématurée chez les hommes et la deuxième chez les femmes, avec un total de 157 400 décès en 2018.

L’OMS prévoit aussi plus de 35 millions de nouveaux cas en 2050, soit une augmentation de 77 %. Un essor qui « reflète à la fois le vieillissement et la croissance de la population, ainsi que les changements dans l’exposition des personnes aux facteurs de risque », dont les principaux restent le tabac, l’alcool et l’obésité, avec la pollution atmosphérique.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Cancers : leur incidence a doublé en France depuis 1990

Contre cet « ennemi public numéro deux » – après les maladies cardio-vasculaires –, le combat doit être mené sur tous les fronts. Prévention renforcée contre les risques liés aux modes de vie ; campagnes de dépistages précoces ; vaccination contre le papillomavirus humain et l’hépatite B ; soins de support… L’OMS souligne aussi la « nécessité urgente de remédier aux inégalités face au cancer dans le monde », par un accès élargi aux services de diagnostic et de soins notamment.

L’immunothérapie en plein essor

L’effort de guerre, bien sûr, doit aussi porter sur l’arsenal thérapeutique. Comment traduire ici les avancées des connaissances en progrès médicaux ? Voici, à travers quelques exemples, un aperçu des stratégies développées, en France, par les trois plus grands centres de lutte contre le cancer : l’Institut Curie, à Paris, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) et à Orsay (Essonne) ; l’Institut Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne) ; le Centre Léon-Bérard, à Lyon. Leurs forces de frappe ont été renforcées, fin 2022, par le Paris-Saclay Cancer Cluster (PSCC), créé dans le cadre du plan France 2030. Ses missions : intensifier les partenariats public-privé, renforcer les synergies entre la recherche et le soin, accompagner les start-up du domaine. « Plus de 60 % des nouveaux traitements approuvés aux Etats-Unis dans les cancers au cours des cinq dernières années sont issus de start-up », relève Eric Vivier, président du PSCC.

Le premier exemple de développement concerne une immunothérapie en plein essor : les cellules CAR-T (Chimeric Antigenic Receptor-T). La stratégie, qui à ce stade donne des résultats prometteurs dans certains cancers du sang, consiste à combattre la tumeur de chaque patient en s’appuyant sur son propre système immunitaire. Ses lymphocytes T sont prélevés, modifiés génétiquement in vitro pour booster leurs capacités de destruction de la tumeur, puis réinjectés au patient.

Il vous reste 70% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici