AccueilScience & TechnologieExtraordinaire et saugrenu, le CES 2024 ne déçoit pas

Extraordinaire et saugrenu, le CES 2024 ne déçoit pas

Le CES est un étrange salon, à la fois orienté produits de grande distribution et tout autant vitrine des idées les plus farfelues en quête de débouchés sur le marché. L’offre crée bien souvent la demande, c’est une loi en économie. Alors à côté des mastodontes de la grande distribution, de curieuses et bien étranges pépites croient en leur succès.

Publié le :

6 mn

De notre envoyé spécial à Las Vegas,

Cette année, les stands des grandes marques sont souvent organisés comme un espace clos ou un parc d’attractions. Chez Sony, on pénètre en marchant sur la moquette blanche de ce qui a été aménagé comme un immense salon. D’un côté les produits iconiques de la marque et aussi un peu partout et avec autant d’importance des jeux vidéos PlayStation, des films renommés et aussi une voiture en partenariat avec Honda… Ce ne sont plus des produits simples mais plutôt une expérience totale qui est proposée, de la moquette aux jeux à l’écran jusqu’au déplacement en véhicule. Cet attachement, ce lien fort de consommateurs accro aux produits d’une marque se ressent encore plus fortement chez Samsung et ses objets connectés. D’ailleurs, la clientèle n’a jamais été autant captive une fois un produit de la marque acheté. Une télé ? Et le frigo connecté à la télévision et l’abonnement au bouquet de chaînes qui va avec ?

Des murs, des accès difficiles, pas très open source tout ça

Cette méthode est un peu à l’image des stands des plus grandes marques, car peut-on encore appeler stand cette surface entourée de murs de trois mètres de hauteur, comme un immense fort où l’on pénètre uniquement par une petite entrée. La sortie est tout autant discrète, comme si on ne devait jamais en sortir d’ailleurs. Ce qui compte, c’est l’expérience et ce moment d’attention que le consommateur a consacré à la marque. Des murs, des accès difficiles, ce n’est pas très open source tout ça, non ? D’ailleurs le grand challenge pour le consommateur actuellement sera, une fois rentré chez lui, de connecter tous ses produits favoris, de la voiture à la serrure de la porte d’entrée de la maison. Samsung se vante d’y arriver, mais uniquement avec des produits de sa marque, mais quand on a acheté du Philips, un boitier Nest et une serrure Samsung comment faire ? « Il existe une application Jeedom, nous glisse un exposant, ça marche très bien. Quand j’arrive chez moi avec ma voiture, une fois le portail franchi, la porte s’ouvre et les lumières sont allumées avec un scénario que j’ai programmé. Le chauffage aussi ou les stores ouverts, mais il faut être un peu geek pour la manipuler quand même », sourit-il. Les promesses de tout réaliser avec l’IA restent encore des promesses, on verra bien dans quelques mois…

Difficile de faire la différence entre la réalité et le virtuel

Au CES, le fabricant coréen de microprocesseur SK Hynix ne cherche même pas à montrer ses produits (des QR codes à certains points du stand font l’affaire) mais propose une expérience digne d’un parc d’attraction. C’est assez surprenant avec une débauche de couleurs à la Charlie et la chocolaterie avec une thématique sérieuse sur l’écologie et le bien-être néanmoins. On vend ici une expérience un peu folle, voire décalée, et l’expression « vendre du rêve » prend tout son sens. SK est un des plus grands conglomérats sud-coréens dans les secteurs de la chimie, industrie, télécommunications, finance, hôtellerie et, depuis plus de dix anssoit après le rachat d’Hynix, des semi-conducteurs. C’est une partie essentielle pour faire fonctionner les ordinateurs et les cartes graphiques pour l’IA.


Même démarche spectaculaire chez le Coréen Lotte où un DJ s’agite derrière un fond vert et au-dessus sa performance est intégrée à une ambiance de stade de football. Il va devenir de plus en plus difficile de faire la différence entre la réalité et le virtuel. Le regard posé de nouveau sur le DJ isolé devant un fond vert devient différent, il prend comme du relief, on ressent une réelle distorsion de la réalité.

« C’est étrange tout cela »

Et les présentations des hologrammes sont tout autant intrigantes, regardez la vidéo ci-dessous. Quand dans un premier temps un monsieur d’un certain âge s’amuse à danser devant la caméra, son modèle en hologramme est projeté quelques mètres à côté. Il quitte l’image et c’est son hologramme qui rejoue la même scène, mais cette fois il est passé par un filtre Snapchat qui lui a fait gagner des années. Au final, les deux se rejoignent « dans la réalité » l’homme et l’hologramme, et… c’est étrange quand on y songe.


Étrange, c’est ce qu’a dit également un visiteur à sa femme en sortant de la salle Amazon du Venitian : « c’est étrange tout cela », a-t-il déclaré en franchissant la sortie. Auparavant, il avait pénétré une suite de l’hôtel aménagé par Amazon. Au-dessus de la porte d’entrée, un slogan digne de la méthode Coué : every day better (chaque jour meilleur). On arpente cette suite en franchissant une sorte de salon à la moquette ultra-épaisse, puis une chambre à la décoration confiée à une IA très certainement, puis une cuisine sans nourriture à cuire, que des produits à commander chez Amazon, des fonctions à contrôler par la voix à Alexa l’assistant vocal d’Amazon, on apprend des partenariats de la marque américaine avec Panasonic, BMW, Siemens et avec toujours cette forte dose d’IA bien évidemment… « C’est étrange tout cela » en a conclu ce monsieur. « How strange it is »…

Ensemble nous innovons, tel est un des slogans de l’espace du CES dédié à la voiture. © Thomas Bourdeau

En bref

Deux produits montrent que l’IA, vous n’allez pas y échapper. D’abord cet assistant rabbit r1, qui est envisagé comme un partenaire et non un substitut au téléphone. L’idée : garder son téléphone en poche et simplifier les interactions pour toutes les commandes en ligne, les recherches en ligne… autant les exprimer par la voix et rabbit r1 vous répondra… L’IA en agit comme un humain et se différencie donc d’un simple assistant vocal qui déclenche des applications. Plus de 10 000 exemplaires ont déjà été vendus.

Et ce petit robot 2XCL (to excel c’est-à-dire exceller) qui est destiné à être le meilleur ami des enfants à partir de 4 ans. Il fonctionne à la voix, avec une IA qui permet d’apprendre la langue maternelle.

C’est l’année de la transparence au CES, mais jamais les images n’ont été aussi bien définies, voire téléprojetées. Les prouesses sont faramineuses, quand chez Samsung, on propose un vidéoprojecteur à ultra-courte focale 8k, du côté de Xgimi on propose des vidéoprojecteurs qualité IMAX Enhance, bluffant.

Et une démonstration des capacités du robot GO2 de chez Unitree tout à fait étrange aussi, décidément…



Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici