AccueilScience & TechnologieFacebook, le réseau social qui a tué la vie privée

Facebook, le réseau social qui a tué la vie privée

Facebook ne s’est pas simplement contenté d’ouvrir une brèche dans nos vies privées.
597943956/armada1985 – stock.adobe.com

ANALYSE –En dopant l’ego de la multitude à coups de cœurs, de pouces en l’air, de «likes», le réseau social a stimulé artificiellement l’envie de se montrer.

Mark Zuckerberg a fait mentir André Malraux. L’homme n’est plus ce «petit tas de secrets misérables» dont parlait l’intellectuel. Le jeune geek de la Silicon Valley, et d’autres à sa suite, l’ont définitivement transformé en un amas infini de données monétisables.

Cette mutation a été rapide et elle doit beaucoup à Facebook. Ce que vous aimez, ce que vous détestez, ce que vous pensez, ceux à qui vous parlez… Il sait tout de vous. Ou presque. De tous les réseaux sociaux, aucun n’a poussé aussi loin la dévoration numérique de notre intimité.

Facebook ne s’est pas simplement contenté d’ouvrir une brèche dans nos vies privées. Il a abattu tous les murs, avant de décréter que ce monde décloisonné constituait la nouvelle norme sociale. «La vie privée, c’est terminé», jurait crânement Mark Zuckerberg en 2010. Pendant que le jeune prodige achetait quatre maisons mitoyennes à la sienne du côté de Palo Alto, en Californie, pour vivre à l’abri des regards, il incitait les utilisateurs de Facebook à…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 62% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici