AccueilSportsA six mois des Jeux olympiques, Gérald Darmanin comble les syndicats de...

A six mois des Jeux olympiques, Gérald Darmanin comble les syndicats de policiers

C’est ce qui s’appelle le sens du timing. Deux heures avant la cérémonie de présentation des vœux du « Bloc », l’union syndicale majoritaire menée par Alliance et rassemblant, outre l’Unsa-Police, des syndicats de commissaires et d’officiers, le ministère de l’intérieur rendait public un inventaire de mesures « exceptionnelles » destinées à compenser l’engagement des forces de l’ordre à l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques (JOP), prévus du 26 juillet au 11 août. « Alors que votre mobilisation en 2024 sera d’une intensité exceptionnelle, je veux que votre investissement hors du commun soit justement reconnu », écrit le ministre dans une lettre, datée du mardi 30 janvier.

Contre un « engagement à 100 % » tout au long des Jeux olympiques, les membres des forces de l’ordre bénéficieront donc de primes allant de 1 000 euros à 1 900 euros dans le cas des personnels affectés à Paris et en Île-de-France, où se dérouleront la cérémonie d’ouverture et la plupart des épreuves sportives – un montant bien supérieur à la fourchette initialement prévue de 500 à 1 500 euros. Le compte épargne-temps, lui, sera « déplafonné à hauteur de dix jours supplémentaires » et le ministre a assuré mettre tout en œuvre pour que les heures supplémentaires soient défiscalisées – une autre revendication emblématique des organisations professionnelles. D’autres mesures sociales accompagneront l’organisation sécuritaire des JO, comme des aides spécifiques en matière de gardes d’enfant ou le doublement du chèque emploi-service universel sans condition de ressources.

Dans le décor baroque du musée des Arts forains, dans le 13e arrondissement de Paris, où des centaines d’adhérents du « Bloc » se pressaient pour assister à la présentation des vœux de leurs secrétaires généraux Fabien Vanhemelryck (Alliance) et Olivier Varlet (Unsa-Police), ces annonces n’ont pas suffi pour autant à tarir les revendications des organisations professionnelles. Il est « inadmissible qu’à six mois de cet évènement majeur, autant de questions restent sans réponses », a ainsi estimé M. Varlet, de l’Unsa-Police, installé au pupitre dressé sur une estrade, face aux délégués des organisations syndicales.

Piques contre le chef de l’Etat

Mais la charge la plus virulente est sans doute venue du patron du syndicat Alliance, Fabien Vanhemelryck, s’écartant du seul registre revendicatif pour dépeindre un « Etat dans l’incapacité croissante de répondre à la délinquance » et un « climat insurrectionnel malheureusement permanent ». Le leader syndical a réservé ses piques les plus vives au président de la République, dont les déclarations sur l’existence de contrôles au faciès et l’utilisation du terme « violences policières » lors d’une interview au média en ligne Brut, en décembre 2020, ont durablement entamé la cote auprès de la profession.

Il vous reste 40% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici