AccueilSportsA Versailles, la jardinière Elena Secondo fleurit les Jeux

A Versailles, la jardinière Elena Secondo fleurit les Jeux

Quand elle évoque le nom d’une plante, il lui vient spontanément en latin. C’est comme ça, Elena Secondo n’y peut rien, son amour pour la botanique l’emporte à chaque instant. Cette Italienne de 34 ans tient cette passion dévorante de son père jardinier, qui lui a appris dès l’enfance à respecter et à prendre soin de la nature. Le vert est d’ailleurs sa couleur préférée.

Si Elena commence des études d’ingénieur à l’Ecole polytechnique de Turin, elle enchaîne vite avec un cursus consacré à l’architecture du paysage, à l’université de Gênes. Elle fait ses premières armes au Palais royal de Venaria, ancienne résidence de la famille royale de Savoie, dont les jardins étaient alors parmi les plus réputés d’Europe. L’art des fleurs est une longue tradition dans le nord de l’Italie.

En 2018, conquise par la France, elle rejoint en tant que « jardinière d’art » l’équipe dirigée par Alain Baraton, le médiatique jardinier en chef du domaine de Trianon et du Grand Parc de Versailles. Car c’est bien d’art dont il est question. Il ne s’agit pas seulement de planter et d’arroser, mais aussi de créer le dessin et de concevoir la composition des parterres tant admirés par les millions de visiteurs du Château, attirés par la renommée des jardins à la française. Quand on demande d’ailleurs à Elena Secondo si elle imaginait être un jour l’une des héritières du grand André Le Nôtre, roi des jardiniers et jardinier du roi, elle répond simplement : « Bien sûr que non, mais c’est vrai que ça met un peu la pression. »

Elena Secondo dans la pépinière du château de Versailles, le 31 mai 2024.

La pression, elle l’a, aujourd’hui. Responsable des parterres du Grand Trianon, elle participe depuis plusieurs mois à l’aventure des Jeux olympiques. Pierre Le Goupil, chef de piste du cross pour le concours complet d’équitation, l’a enrôlée pour habiller les obstacles qui vont jalonner le parcours de cinq kilomètres imaginé par ses soins, dans le parc de Versailles. « Elena a du goût et des idées. Je pense que nous allons réussir à composer ensemble un tracé assez fabuleux », s’enthousiasme l’expert de la Fédération française d’équitation.

Des obstacles « appétissants »

L’épreuve, prévue le dimanche 28 juillet, se jouera en partie le long du Grand Canal, avec le château en perspective. La vue aérienne du gué de l’Etoile royale, représenté par une emblématique fleur de lys, devrait réjouir les télévisions du monde entier. Un bassin d’eau fera office de pétale central tandis que deux grands massifs composeront les pétales latéraux.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Paris 2024 : Versailles, de cité royale à site olympique

« C’est ici que notre équipe de jardiniers entre en jeu. Nous allons planter trois mille fleurs environ : des mufliers, des pétunias, des œillets, mais aussi des marguerites, des gypsophiles, détaille Elena Secondo. Toutes ont été sorties des serres du domaine au mois de mai et vont magnifiquement fleurir cet été. En octobre, la chute de la température les fanera, c’est le cycle naturel. »

Il vous reste 30.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici