AccueilSportsCAN 2024 : le Nigeria et la RDC dans le dernier carré

CAN 2024 : le Nigeria et la RDC dans le dernier carré

16 h 40, les chaises en plastique sont prises d’assaut. Sous l’immense chapiteau du centre culturel Jacques Aka de Bouaké, la deuxième ville de Côte d’Ivoire, plus de trois cents personnes sont déjà assises face à l’écran géant pour suivre les deux premières affiches des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui opposaient, vendredi 2 février, le Nigeria à l’Angola (victoire des Super Eagles 1-0), puis la République démocratique du Congo (RDC) à la Guinée qui s’est inclinée 3-1.

En attendant le coup d’envoi, un groupe met l’ambiance en reprenant Zizi gragnon, une chanson de VDA. On chante, on s’échauffe avant d’espérer vibrer en regardant les duels. A quelques minutes du Nigeria-Angola, un slameur arrive sur scène, déclame, s’éternise. Le match a commencé depuis trois minutes et le public le chahute gentiment pour qu’il coupe court. Puis, un musicien souhaite « offrir un cadeau » : jouer un morceau à la flûte. « A la mi-temps ! », lui crie-t-on.

On entend enfin les commentaires du match, et dès les premières minutes, les occasions angolaises donnent des frissons à la salle. La rencontre est assez fermée, il y a bien quelques occasions des Super Eagles, mais les Antilopes noires restent solides. Tout bascule à la 40e : Moses Simon efface un Angolais, attend avant de servir Ademola Lookman en retrait. L’attaquant ne manque pas le cadre (1-0). Le Nigeria est devant, une partie du public se lève.

Des Angolais trop fébriles

Mi-temps. Le maître de cérémonie prend le micro et annonce une surprise : la présence d’un champion du monde 1998. Le gardien de but français Bernard Lama arrive, acclamé par les nombreux bénévoles et le public. Une star locale est là aussi : Serey Die, vainqueur de la CAN avec les Eléphants en 2015, est chaudement applaudi.

L’ex-international ivoirien a un message à passer aux jeunes concernant le quart de finale entre le Mali et la Côte d’Ivoire prévu à Bouaké le lendemain : « Quel que soit le résultat, il faudra qu’on reste stable. Si vous croisez dans la rue un Malien, faites la fête avec lui. » Puis, il évoque les bus cassés après la défaite des Ivoiriens (0-4) face à la Guinée équatoriale à Abidjan. « Le président de la République ne monte pas dans un bus, les ministres ne montent pas dans le bus, c’est nous, lance-t-il sous les applaudissements. Demain après le match, je veux les mêmes sourires. »

Reprise. Le Nigeria impose sa puissance, l’Angola semble sombrer. Comment cette équipe invaincue jusqu’ici va-t-elle trouver la solution ? Peut-être à la 59e, mais le tir de l’attaquant angolais Zini touche le poteau. Les Antilopes n’ont pas capitulé mais commencent à plier. 74e, sur un coup franc de Lookman (toujours lui), l’attaquant masqué Victor Osimhen marque de la tête. Le but est refusé pour un (très léger) hors-jeu. Le Nigeria n’est pas encore à l’abri.

L’Angola est trop fébrile, imprécis ; le Nigeria est concentré. Dans les dernières minutes et après quelques changements, l’Angola pousse, construit mieux son jeu. Osimhen est épuisé et dans la salle, qui s’est vidée, on veut croire au retour des lusophones. Ça ne sera pas suffisant : le jeu angolais n’a pas été flamboyant, probablement écrasé par l’enjeu. Le Nigeria s’impose et file en demi-finale.

Les Léopards en grande forme

Le groupe de musique est déjà revenu sur scène. La soirée n’est pas terminée : dans quelques minutes, la RDC affronte la Guinée, mais il n’y a plus personne sous le chapiteau. Ce quart n’intéresse pas grand monde, les spectateurs sont partis diner dans les maquis de la ville. Et c’est bien dommage.

20 heures et quelques secondes après le coup d’envoi, les Guinéens ont bien failli ouvrir le score ; deux minutes plus tard, le Léopard Yoane Wissa aurait pu, également, marquer après une étourderie de la défense adverse. Aucun joueur ne s’économisera sur la pelouse d’Ebimpé.

Le défenseur congolais Chancel Mbemba pendant le quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations qui a apposé son équipe à la Guinée, vendredi 2 février, à Ebimpé.

La Guinée confisque la balle, construit son jeu sans paniquer et sur un centre d’Ibrahim Diakité, Mohamed Bayo s’écroule, poussé par Chancel Mbemba, le capitaine de la RDC : l’arbitre algérien, Mustapha Ghorbal, siffle sans hésiter le pénalty (17e), transformé aussitôt par Bayo (0-1) qui signe son troisième but dans le tournoi. Dans la fan zone de Bouaké, parmi les très rares personnes qui regardent le match, un supporter guinéen, probablement le seul, plonge au sol de joie.

Même menée, la RDC ne se démoralise pas. Sur un corner, et dans un angle fermé, Chancel Mbemba, se fait justice et égalise d’une sublime frappe du gauche (27e). Ce but fait du bien aux Léopards qui reprennent des couleurs dans ce match.

Suivez-nous sur WhatsApp

Restez informés

Recevez l’essentiel de l’actualité africaine sur WhatsApp avec la chaîne du « Monde Afrique »

Rejoindre

Après la pause, le rythme de la rencontre redevient intense. Les deux équipent en veulent. Est-ce le tournant du match ? A la 60e, la Guinée manque une énorme occasion, et sur le contre, le Congolais Silas Katompa Mvumpa remonte le terrain dans une chevauchée aussi technique que puissante. Fauché dans la surface de réparation, l’arbitre siffle sans hésiter le pénalty. Yoane Wissa, l’homme en forme, marque et donne l’avantage aux Léopards (2-1).

Et le KO arriva à la 82e. Sur un coup franc, le Congolais Arthur Masuaku trompe d’une frappe lumineuse – à la trajectoire étrange – le gardien guinéen. La RDC vient d’assommer leur adversaire (3-1) et se qualifie pour le dernier carré de la CAN en remportant son premier match du tournoi.

A Bouaké, tout le monde attend avec impatience le seul match qui compte à leurs yeux : les AIgles du Mali face à leurs Eléphants. D’ailleurs, il n’y a plus de billets à vendre. La fan zone promet d’exploser.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici