AccueilSportsDes Bleus champions d’Europe de handball, c’est peut-être un détail pour vous…

Des Bleus champions d’Europe de handball, c’est peut-être un détail pour vous…

Champ de bataille

Une peinture de la Renaissance italienne ? Pas loin. Dimanche 28 janvier, à Cologne, en Allemagne, l’équipe de France a mené un combat épique pour décrocher le titre de champion d’Europe, le quatrième de son histoire. Egalement six fois champions du monde et trois fois champions olympique, les Bleus confirment ainsi leur statut de sélection masculine de handball la plus titrée de tous les temps. Ce qui ne nous garantit évidemment pas le couronnement lors des prochains Jeux olympiques, à Paris, en août. Mais bon, quand même.

Bandes originales

La présence à l’image de maillots Adidas ornés des trois traditionnelles bandes de la marque ­allemande nous permet de rappeler que ce logo absolument iconique ne fut pas conçu par la marque elle-même. En 1951, son fondateur, Adolf (dit « Adi ») Dassler, se contenta en effet de racheter ces trois bandes à la marque finlandaise Karhu, qui en avait fait le signe distinctif de ses chaussures de sport. Le prix du deal ? L’équivalent de 1 800 dollars et de deux bouteilles de whisky. Santé.

Frères ennemis

Puisque l’équipe du Danemark évolue, elle, avec un maillot Puma, profitons-en pour rappeler que les deux marques concurrentes partagent une même origine. En l’occurrence, la Gebrueder Dassler Schuhfabrik, l’entreprise de fabrication de chaussures que les frères Dassler, Adolf et Rudolf, fondèrent en 1923. Ils se brouillèrent après la guerre, en 1948. Adolf fonda sa marque, qu’il nomma Adidas, à partir de son prénom et de son nom. Son frère, Rudolf, fonda, lui, Puma, après avoir convenu que son idée de « Ruda », n’était pas très élégante.

Bien en main

Au-dessus de la mêlée, le Français Dika Mem tient au bout de son bras le ­ballon du match. Mais pourquoi celui-ci est-il parcouru d’une multitude de taches noirâtres ? Tout simplement parce que les joueurs de handball appliquent sur leurs mains, avant et pendant la rencontre, une résine leur permettant de mieux saisir et contrôler le ballon. Accessoirement, la résine cause d’importants dégâts sur le revêtement des salles… A tel point que les équipementiers se sont ­lancés depuis plusieurs années dans une course effrénée pour inventer le ballon qui colle aux mains sans résine.

Bleu horizon

Justement, à propos de revêtement de sol, notons que celui-ci est une fierté française… Depuis plusieurs décennies, la société Gerflor, originellement Taraflex et installée à Tarare, entre Roanne et Lyon, est leader sur le marché du revêtement des salles des sports, des plus ordinaires aux plus prestigieuses. Depuis 1976, Gerflor équipe les mêmes salles utilisées lors des Jeux olympiques. Ce qui ne nous garantit évidemment pas, non plus, le couronnement cet été à Paris. Mais bon, quand même.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici