AccueilSportsFootball : les recettes originales des petits clubs pour augmenter la fréquentation de...

Football : les recettes originales des petits clubs pour augmenter la fréquentation de leur stade

A l’entrée ouest du stade Charléty, samedi 13 janvier, les spectateurs se bousculent pour franchir les zones de sécurité. Le Paris FC accueille Annecy pour le compte de la 20e journée de Ligue 2 (L2). Malgré les − 2 °C affichés sur le thermomètre, 4 505 personnes se sont déplacées pour assister à la rencontre. Un nombre bien inférieur à celui qui est enregistré par les plus grandes équipes de l’Hexagone, mais qui reste au-dessus de l’affluence moyenne que connaît la formation francilienne cette saison.

La veille, la Ligue de football professionnel (LFP) partageait les statistiques d’affluence moyenne des stades de Ligue 1 (L1) et de L2 à mi-parcours de l’exercice 2023-2024. Des chiffres record, selon la LFP, obtenus grâce à « tout le travail réalisé par les clubs pour offrir la meilleure “fan expérience” ». Sur les trente-six équipes évoluant en première et deuxième divisions, vingt-trois ont vu leurs tribunes se garnir un peu plus ces derniers mois. Dont le Paris FC, qui peut se targuer d’une augmentation de sa fréquentation de 3 %.

La chose est loin d’être anodine pour les « petits » clubs. Cette « fan expérience » vantée par la LFP est une manière de fidéliser ses supporteurs, d’en élargir la base, d’exister aussi dans un milieu où l’attention médiatique est vampirisée par les grosses écuries.

« L’odeur de la merguez et la proximité du terrain »

Le Paris FC a ainsi fait un « pari », selon les mots de son président, Pierre Ferracci : depuis novembre, il propose une billetterie gratuite pour les rencontres de championnat à domicile de ses équipes masculine (L2) et féminine (D1) – à l’exception des packages VIP, des places Premium et des parcages visiteurs. « On est autour de 30 % d’augmentation [de la fréquentation] sur certains matchs, explique le dirigeant. Le public répond présent, mais pas assez. Il y a encore beaucoup de travail à faire. » Le taux de remplissage du stade Charléty – une capacité totale de 17 000 places, dont 15 000 concernées par la mesure – reste encore bas, autour de 25 %, d’après les chiffres de la LFP.

La gratuité de la billetterie n’était pas une option pour le Pau FC, parmi les plus petits budgets de la L2. « Le chiffre d’affaires du match est très important. On a besoin de ces revenus-là », explique Antoine Perpignaa, responsable marketing et communication du club. Avec ses quelque 4 000 places, le Nouste Camp est un stade à taille humaine, vante-t-on dans les rangs de la formation pyrénéenne, qui préfère miser sur l’expérience vécue. « Elle doit être optimale : l’accès, l’attente aux guichets, l’offre riche à la buvette…, fait valoir M. Perpignaa. On veut que les spectateurs sentent l’odeur de la merguez et la proximité du terrain. » Le Pau FC, qui enregistre une fréquentation en hausse de 5 % depuis le début de la saison, peut surtout compter sur les performances de ses troupes sur le terrain. L’équipe, neuvième de L2 avant la 23journée, était cinquième au 1er janvier. Dans ces conditions, « naturellement, le public répond présent ».

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici