AccueilSportsFrance - Irlande : les Bleus submergés à domicile pour leurs débuts dans...

France – Irlande : les Bleus submergés à domicile pour leurs débuts dans le Tournoi des six nations

Ces Bleus-là n’avaient jusque-là jamais bu le calice jusqu’à la lie. Depuis la prise de fonction de Fabien Galthié aux manettes du XV de France, fin 2019, le sélectionneur tricolore se targuait – à raison – d’avoir toujours été « dans le match », même lors des quelques défaites concédées en quatre ans. Vendredi 2 février, quand à deux minutes de la sirène, le talonneur Ronan Kelleher a parachevé le triomphe irlandais en inscrivant un cinquième essai, copie quasi conforme du quatrième, dans un Stade-Vélodrome de Marseille depuis longtemps réduit au silence, les Bleus se sont regardés, pantelants. Dominés dans tous les domaines par une formidable machine irlandaise, les coéquipiers de Grégory Alldritt ont encaissé leur plus lourde défaite face à l’Irlande (17-38).

« Ça fait mal à la tête, a reconnu après la rencontre le nouveau capitaine tricolore, qui remplace Antoine Dupont, parti poursuivre son rêve olympique. On n’a pas l’habitude de perdre comme ça. Ce n’est pas le visage de l’équipe de France qu’on veut montrer. » Un peu plus de trois mois après leur élimination sur le fil en quart de finale de la Coupe du monde par l’Afrique du Sud (28-29), les Français ne sont jamais parvenus à tenir la distance face à la sérénité dégagée par un XV du Trèfle presque surpris d’être autant en maîtrise. « J’aurais été heureux si l’on avait gagné de justesse, a souri Peter O’Mahony. Mais là, on ne peut pas rêver mieux. »

Cette année, pas de round d’observation ou de « week-end à Rome » pour lancer en douceur les Six nations des Bleus. Les organisateurs avaient choisi un choc pour planter le décor : France contre Irlande, soit les deux derniers vainqueurs de la compétition continentale – grand chelem à la clé à chaque fois. En matière de choc, il n’y en a pas eu, sinon celui vécu par les spectateurs du Stade-Vélodrome, rendus atones par la magistrale leçon délivrée aux Bleus par les Irlandais.

Rattrapés par une fébrilité qui semblait évaporée

Tous les acteurs avaient insisté, avant la rencontre : ceci n’était pas une revanche. Ni de l’élimination précoce des deux équipes du Mondial qu’elles se voyaient remporter, ni de la rencontre de l’an passé à Dublin (victoire du XV du Trèfle, 32-19), qui avait pavé la voie vers le grand chelem irlandais, quelques semaines plus tard – un soir de Saint-Patrick. Pas une revanche, donc, mais une démonstration.

Dans la première demi-heure, les Bleus n’ont pas vu le jour. Submergés par un XV du Trèfle récitant son rugby, les Français ont rapidement cédé, encaissant deux essais (par Jamison Gibson-Park et Tadhg Beirne). « On a mal démarré le match, on a été très vite mis sous pression », a analysé le troisième ligne François Cros après la partie, regrettant une équipe « à réaction », ayant « couru après le score » toute la soirée. Un XV de France de surcroît réduit à quatorze après l’expulsion, peu après la demi-heure de jeu, de Paul Willemse pour deux cartons jaunes – à chaque fois pour avoir touché la tête d’un adversaire. De retour en Bleus après avoir manqué la Coupe du monde en raison d’une blessure, le deuxième ligne montpelliérain a vécu un cauchemar.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici