AccueilSports« Il devra s’adapter, comme les autres » : Kylian Mbappé attendu au tournant par...

« Il devra s’adapter, comme les autres » : Kylian Mbappé attendu au tournant par les supporteurs du Real Madrid

On ne parle que de Kylian Mbappé, ce mardi 4 juin à Madrid. Dans les rues, les enfants arborent fièrement leurs maillots du Real Madrid sur le chemin de l’école, comme Kike, 13 ans, heureux de l’arrivée de l’astre français du football dans la capitale espagnole, confirmée lundi soir. « Avec [Jude] Bellingham et Vinicius, on a la meilleure combinaison : la BMV… On va être imbattable », s’enthousiasme l’adolescent, avec un grand sourire, auquel il manque encore une dent.

L’attaquant français est partout. Le quotidien monarchique ABC lui dédie ainsi une immense photo couvrant toute la une, accompagnée du titre : « Le Madrid complète son triplé : la Liga, la Ligue des champions et Mbappé ». De son côté, le journal conservateur El Mundo lui consacre ses quatre premières pages et compare son recrutement à ceux de Diego Maradona, Johan Cruyff, Luis Figo ou Alfredo Di Stefano dans le passé.

A la radio, les commentateurs d’actualité politique laissent de côté les élections européennes pour se consacrer au nouveau « Galactique ». Ils s’interrogent, inquiets de savoir si la Liga maintiendra un bon niveau de compétitivité, face à un Real Madrid qui s’annonce trop supérieur face au reste des clubs, alors que le FC Barcelone n’est plus le dangereux rival d’antan.

Pareille préoccupation semble loin du petit bar sans prétention Peña La Coma, dans les quartiers nord de Madrid qui abrite l’une des plus anciennes peña du Real Madrid, ces sociétés de supporteurs créés par des groupes d’amis, qui ont essaimé dans tous les quartiers d’Espagne. Mais l’ambiance était plus partagée, lundi après-midi. « Je suis fatigué d’écouter tellement parler de Mbappé », assure Antonio de Jesus, 80 ans. Accoudé au comptoir devant un café avec deux amis, l’homme, qui a cofondé cette peña en 1973, estime que « le Madrid n’a pas besoin de lui, et il l’a encore démontré samedi », en remportant la finale de la Ligue des champions.

« Je suis en faveur totale de Mbappé : nous sommes des gagnants nés, et le Madrid doit toujours avoir les meilleurs », corrige avec gouaille Alfonsa Sanseroni, fille, petite-fille, mère et grand-mère de supporteurs du « grand Real Madrid », comme elle. « Nous avons besoin d’un numéro 9, d’un buteur ; et lui, il a besoin de jouer dans une équipe qui lui passe le ballon pour qu’il termine le travail », ajoute cette petite dame de 82 ans, cheveux blancs et dos courbé, qui tient le bar depuis plus de trente ans.

« Il nous a lâchés à la dernière minute en 2022 »

Derrière elle, les murs sont tapissés de photos de quelques-uns des plus grands joueurs passés par le club. De l’emblématique avant-centre Michel, l’une des stars de l’équipe de la « Quinta del Buitre » (« La quinte du vautour ») dans les années 1980, au tee-shirt signé par Cristiano Ronaldo, en passant par le portrait dédicacé de l’ancien capitaine légendaire Raul, les reliques de ces figures du club ont présidé à toutes les célébrations des 47 membres de la peña et autres aficionados locaux. Y compris celle qui a suivi le quinzième sacre en Ligue des champions, samedi, terminée à 1 heure du matin. « Mbappé est un bon joueur mais nous en avons eu d’autres. Les joueurs passent, le club reste. Au début, il me plaisait mais j’en ai marre qu’on en fasse tout un plat. Je ne dis pas que c’est mal qu’il vienne, mais il lui faudra s’adapter, comme les autres », prévient Antonio de Jesus.

Il vous reste 34.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici