AccueilSportsJO 2024 : « Peut-on imaginer que la fête olympique soit réussie si, pendant...

JO 2024 : « Peut-on imaginer que la fête olympique soit réussie si, pendant les Jeux, des milliers de personnes dorment chaque soir dans la rue ? »

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 seront le plus grand événement jamais organisé en France. Imaginés pour être une grande fête populaire, ces Jeux portent aussi une promesse inédite d’engagement social, pour léguer en héritage une société plus inclusive.

Cependant, ces derniers mois, le nombre de personnes vivant dans la rue et en situation de grande précarité augmente de façon inquiétante. Plus de cinquante personnes sont mortes dans la rue en janvier 2024 en France, rapporte ainsi le collectif Les morts de la rue.

Partout dans le pays, les acteurs de la solidarité alertent quotidiennement sur la crise de l’hébergement d’urgence et l’augmentation du « sans-abrisme ». Près de 25 % des personnes primo-arrivantes à Paris sont dans une situation de faim sévère, précise le rapport « Les oubliés de droit d’asile », et près de cinq cents jeunes en recours de minorité [demande de recours pour que leur minorité soit reconnue et leur permettant de faire valoir leur droit à être mis à l’abri] vivent dans des conditions de vie indignes.

A ce jour, sur le terrain, nous constatons des effets très préoccupants de la préparation des Jeux olympiques en Ile-de-France : expulsions forcées de populations en situation d’habitat informel et précaire, éloignement des personnes sans-abri ou que l’on voudrait invisibiliser de l’espace public (travailleuses du sexe, usagers de drogues, etc.). Diverses études, telle « Fair Play for Housing Rights » [2007], publiée par le Centre on Housing Rights and Evictions (COHRE), révèlent que les éditions précédentes des Jeux ont entraîné de tels effets importants de « nettoyage social » dans les villes hôtes. Pour tenir sa promesse d’héritage social positif, Paris 2024 doit être une édition des Jeux différente !

Urgence sociale

Car peut-on imaginer que la fête olympique soit pleinement réussie si, à l’approche et pendant les Jeux, des milliers de personnes, dont des familles et des enfants, dorment chaque soir dans la rue ? Si des milliers de personnes n’ont plus accès à l’aide alimentaire qui constitue bien souvent leur seul repas de la journée ? Si des personnes en situation de grande exclusion ne sont plus suivies pour leurs soins et les actions de santé préventive ? La fête peut-elle être joyeuse si des milliers de personnes n’ont pas accès à leurs droits fondamentaux, dont l’hébergement ? Si on les force à s’éloigner de Paris pour les rendre invisibles aux yeux du monde ?

Notre collectif Le revers de la médaille tire la sonnette d’alarme, avec l’espoir que les pouvoirs publics et les organisateurs des Jeux prennent enfin la mesure de l’urgence sociale actuelle et que nous puissions réagir collectivement.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici