AccueilSportsLes organisateurs de Paris 2024 assurent « pouvoir compter sur les services de l’Etat...

Les organisateurs de Paris 2024 assurent « pouvoir compter sur les services de l’Etat pour faire avancer les derniers sujets », même dans un contexte d’élections

C’est un contexte politique particulier qui va marquer la toute dernière ligne droite de la préparation des Jeux olympiques et paralympiques. L’annonce, dimanche 9 juin, par le président de la Répulique, Emmanuel Macron, de la dissolution de l’Assemblée nationale va conduire à des élections législatives, qui se tiendront le 30 juin et le 7 juillet, quand l’événement sportif doit commencer le 24 juillet avec de premières épreuves avant même la cérémonie d’ouverture, prévue le 26 juillet.

Au sien du Comité d’organisation de Paris 2024 (Cojop), on essaie de se montrer rassurant quant à la concomitance des deux événements et l’influence que l’un pourrait avoir sur l’autre dans les six semaines qui viennent. « Nous avons déjà démontré notre capacité collective à faire avancer le projet même dans des contextes électoraux », souligne-t-on à la direction du Cojop, rappelant que « douze élections ont été organisées depuis la phase de candidature » et que « les Jeux, ce sont sept années de préparation ».

Pour sa part, le président du Comité international olympique, Thomas Bach, qui était à Paris lundi, a déclaré que les élections législatives sont « un processus démocratique qui ne va pas perturber les JO ». « La France est habituée à faire des élections et [va] le faire encore une fois, on aura un nouveau gouvernement et un nouveau parlement et tout le monde va supporter les JO », a-t-il pronostiqué. A ses côtés lors d’une visite d’une école, la maire (Parti socialiste) de Paris, Anne Hidalgo a assuré que « rien ne viendra gâcher » les Jeux.

Budget, transport, sécurité… sujets clés de la dernière ligne droite

Reste que cette toute dernière ligne droite avant le début des Jeux est régulièrement présentée comme « critique ». Avec souvent un certain nombre de décisions à prendre en urgence et qui, pour certaines, peuvent avoir des conséquences financières, pas forcément négligeables.

A ce titre, le budget du Cojop figure parmi les dossiers relatifs à la préparation des Jeux sur lesquels le gouvernement devra conserver un œil attentif d’ici à fin juillet. L’exécutif répète de longue date que celui-ci devra être à l’équilibre et qu’il n’est pas question d’éponger un éventuel déficit.

Ce qui n’empêche pas qu’il y ait des discussions sur la prise en charge par la sphère publique de certaines dépenses, comme on a pu le voir ces dernières semaines à propos d’une rallonge d’un trentaine de millions d’euros de la part de l’Etat pour les Jeux paralympiques.

Les transports constituent un autre volet pour lequel les semaines qui viennent seront importantes. Si l’essentiel du plan de transport qui sera en vigueur pendant les Jeux a été calé depuis plusieurs semaines maintenant, avec notamment le site anticiperlesjeux.gouv.fr, il reste de derniers arbitrages et réglages à effectuer en vue de la cérémonie d’ouverture prévue sur la Seine le 26 juillet.

Ce qui est vrai aussi – voire plus encore – pour les mesures et moyens de sécurité qui seront déployés à cette occasion. A ce propos, on indiquait au sein du gouvernement ces dernières semaines que la possibilité de disposer de 22 000 agents de sécurité privée le 26 juillet reste sujette à interrogation et que de possibles aménagements du dispositif prévu étaient à l’étude, qui réduiraient un peu les moyens à mobiliser.

« Une gouvernance partagée »

Interrogée sur une possible crainte de manquer d’interlocuteurs au sein de l’exécutif, ou de voir ses interlocuteurs habituels être « distraits » par la campagne pour les législatives, la direction de Paris 2024 répond que « toutes les grandes décisions structurelles ont été prises de longue date ».

Sollicité sur la manière dont l’exécutif compte s’organiser, et le rôle qu’il est appelé à jouer ans ce cadre, le ministère des sports et des Jeux olympiques et paralympiques n’a pas répondu.

La direction du Cojop rappelle, par ailleurs, que les Jeux « ont une gouvernance partagée, entre le mouvement sportif, de nombreux acteurs publics, des acteurs de la société civile ». Elle reconnaît néanmoins que « l’Etat est évidemment un acteur clé », mais c’est aussitôt pour assurer qu’elle « sait pouvoir compter sur sa mobilisation ainsi que celle de ses services pour faire avancer les derniers sujets, même dans le contexte de ces élections anticipées. »

A ce titre, la Délégation interministérielle aux Jeux (Dijop), dirigée par l’ancien préfet Michel Cadot devrait constituer un point d’ancrage majeur.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

A quarante-quatre jours du début des compétitions et quarante-six jours de la cérémonie d’ouverture, et alors que le montage des sites temporaires pour les épreuves dans Paris est en cours, « nous sommes prêts à livrer les Jeux », assure en tout état de cause le Comité d’organisation de Paris 2024.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

L’Etat accroît d’« une dizaine de millions d’euros » son soutien à la sécurité privée pour l’aider à recruter

Des chiens de haut niveau formés à Gramat, dans le Lot, en vue des Jeux

Dérogation, QR code : ce que contiendra le site pour pouvoir se déplacer pendant les JO de Paris

Le déploiement de la lutte antidrone pour les Jeux face aux incertitudes sur l’efficacité du système

Les périmètres de sécurité de la cérémonie d’ouverture à la loupe

Cyberattaques, arnaques et désinformation, les menaces en ligne qui pèsent sur les Jeux olympiques de Paris

 Les questions pratiques sur les déplacements à Paris, à pied, en métro, en voiture…

Faut-il craindre le pire dans les transports en Ile-de-France ?

Les transports pendant les JO 2024 à Paris : de l’euphorie des promesses au choc de la réalité

Deux chantiers pour les Jeux olympiques sont encore suivis de « très, très près »

Le village olympique de Paris 2024 prend ses quartiers en Seine-Saint-Denis

Un contre-la-montre logistique au village olympique pour le Comité d’organisation

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés

  • La préparation des athlètes

Le rêve olympique de Thierry Henry confronté à la réalité du football moderne

A la Coupe du monde d’aviron de Lucerne, la France mesure la distance qui lui reste à parcourir pour être compétitive aux Jeux

Innocentée, la fleurettiste Ysaora Thibus se lance dans une course contre la montre pour Paris 2024

Clarisse Agbégnénou échoue à remporter un septième titre aux Mondiaux de judo, à deux mois de Paris 2024

L’escrime française se rassure à deux mois des Jeux de Paris 2024

 Pour gagner des médailles à domicile, la France a recruté à l’étrange

Le « plan coachs », une mobilisation de moyens sans précédent pour faire briller la France

 Le nageur Léon Marchand, la plus grande chance de médailles de la France

  • La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

« Aux Jeux olympiques de Paris, un état des lieux des rapports de force mondiaux »

Les jumelles Maryna et Vladyslava Aleksiiva, prodiges de la natation synchronisée, veulent « montrer le visage combatif de l’Ukraine »

En Russie, le mouvement sportif se déchire sur sa participation aux JO

« Tous les ingrédients sont réunis pour rejouer un épisode de la longue histoire des boycotts olympiques »

Thomas Bach, président du CIO : « L’agressivité du gouvernement russe grandit de jour en jour, contre le Comité, contre les Jeux, contre moi »

La Mairie de Paris veut privilégier les « quartiers populaires » pour la cérémonie d’ouverture

La billetterie populaire de l’Etat et des collectivités locales au défi de la logistique

Le gouvernement a du mal à distribuer ses billets gratuits auprès des personnes en situation de handicap

L’argent non dépensé pour les chantiers olympiques va retourner dans les poches des financeurs publics

L’Etat n’accordera pas de rallonge financière au CNOSF pour son Club France durant les Jeux

Le Comité d’organisation assure avoir bouclé plus de 90 % du budget de ses recettes

Tony Estanguet confirme qu’il y a eu des hausses de rémunérations à la direction du Comité d’organisation des Jeux

En quête d’économies, les organisateurs des Jeux sollicitent l’aide de collectivités partenaires

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Tony Estanguet, le patron des Jeux, à son tour dans le viseur de la justice

Les « quatre mousquetaires » du comité d’organisation ciblés par le PNF

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

La stratégie française pour faire le plein de médailles aux Jeux paralympiques

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

La Seine-Saint-Denis lance son Olympiade culturelle

Au lycée professionnel Arthur-Rimbaud de La Courneuve, une « option JO » contre le décrochage scolaire

Le centre aquatique olympique, une piscine XXL pour la Seine-Saint-Denis

La Courneuve entre enthousiasme et inquiétude vis-à-vis de la transformation du parc Georges-Valbon

Le Red Star Rugby de Saint-Ouen privé de stade à cause des Jeux

Une île, un maire écolo et « la chance » de bénéficier des Jeux

  • Paris à l’heure des Jeux

Après la réquisition de leurs logements, des étudiants pas encore fixés sur leur sort

A l’approche des Jeux, les associations de lutte contre la pauvreté craignent un « nettoyage social »

Inauguration enthousiaste pour l’Adidas Arena, la nouvelle salle de la porte de la Chapelle

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

Succès populaire pour les débuts du relais de la flamme olympique

À Marseille, les politiques se disputent la lumière olympique

Les quartiers nord de Marseille, si près, si loin des Jeux

L’arrivée de la flamme olympique pour les JO de Paris 2024 « ne pouvait pas se passer ailleurs qu’à Marseille »

A J-55, la Meuse essaye de mobiliser ses habitants avant le passage de la flamme olympique

A la Martinique et à la Guadeloupe, la fièvre olympique monte à distance

  • Les enjeux environnementaux

L’heure est venue de démontrer que la Seine sera baignable pour les Jeux

Paris 2024 est-il sur la bonne voie pour tenir son engagement de « Jeux plus responsables » ?

Le bassin d’Austerlitz, dispositif-clé pour rendre la Seine baignable, inauguré

« L’objectif de baisser de 75 % la pollution bactériologique dans la Seine sera atteint », assure la ministre des sports

Les risques d’un été caniculaire font craindre des Jeux olympiques suffocants

Diviser par deux l’empreinte carbone des repas servis aux Jeux : l’autre défi de Paris 2024

Comment les organisateurs des JO comptent faire face à une canicule cet été

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

Des difficultés de recrutement persistantes à moins de trois mois des Jeux olympiques

L’Etat lance un guide d’accessibilité des Jeux pour les personnes en situation de handicap

Les anti-JO peinent à mobiliser

Loin du faste des JO, la réalité des cours d’EPS dans un collège de Montreuil

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici