AccueilSportsParis 2024 : la flamme olympique prend la direction des Antilles sur un...

Paris 2024 : la flamme olympique prend la direction des Antilles sur un trimaran

La flamme olympique retrouve la mer. Arrivé en métropole par le Vieux-Port de Marseille en provenance de Grèce il y a un mois, le symbole des Jeux olympiques a embarqué, vendredi 7 juin soir à Brest, à bord du trimaran Ultim Maxi Banque Populaire XI pour rejoindre Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Après avoir cheminé sur la pointe de La Torche (Finistère), site réputé pour le surf, la flamme est arrivée sur la plage du Moulin Blanc, à Brest, en fin d’après-midi, vendredi. Elle a traversé la ville jusqu’au quai Malbert, sur le port de commerce, où des milliers de personnes étaient rassemblées. Chants de marins, bagads, démonstrations de danse ou de judo : des animations et une foule nombreuse attendaient la flamme le long du parcours, sous un ciel bleu.

L’ancienne Miss France et animatrice télé Laury Thilleman a allumé le chaudron puis elle a apporté la flamme, enfermée dans une lanterne, vers le Maxi Banque Populaire XI, un trimaran de 32 mètres de long, parmi les plus rapides au monde

Une semaine durant, les skippers Armel Le Cléac’h et Sébastien Josse la guideront à travers l’océan Atlantique avec quatre marins en herbe : la triple championne olympique d’athlétisme Marie-José Pérec, le dramaturge Alexis Michalik, l’ex-Miss France aujourd’hui médecin Marine Lorphelin et le chef étoilé Hugo Roellinger.

« L’équipage est prêt (…) ils vont passer la première nuit en mer sur un bateau. En plus, sur un Ultim, c’est quand même assez particulier. Mais les conditions ne sont pas mal pour les premières 24 heures, ça va être un départ en douceur », a commenté Armel Le Cléac’h avant le départ.

Le trimaran, qui peut voler sur l’eau grâce à ses foils, a quitté le port sous un vent léger et sur une mer d’huile. Il devait ensuite longer la côte jusqu’à la pointe Saint-Mathieu pour filer vers le grand large en soirée.

Déjà près de 1,2 million de personnes sur le parcours de la flamme

A son arrivée à Pointe-à-Pitre, prévue le 15 juin, c’est Marie-José Pérec qui la première doit porter la flamme à terre. « Pour moi, c’est un grand honneur », a déclaré l’athlète de 56 ans à la presse. « C’est une belle reconnaissance pour toutes les îles, ce qu’elles ont apporté au sport. C’est une belle manière aussi de leur dire merci ».

« Je suis la première championne olympique de Guadeloupe. Penser que je vais ramener la flamme à la maison, c’est très très fort », a déclaré l’athlète, triple médaille d’or olympique en 1992 et 1996, visiblement émue. « La Guadeloupe, elle est dans mon cœur. Elle m’a beaucoup manqué. Et revenir de cette manière-là, je n’ai jamais rêvé de ça. Donc, c’est quelque chose de très fort et de très grand. »

L’ancienne championne olympique d’athlétisme française Marie-José Pérec à bord du trimaran, avant le départ de la flamme vers les Antilles, à Brest, le 7 juin 2024.
Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Marie-José Pérec : « J’ai mis du temps à trouver mon chemin »

« Jamais je ne me serais imaginé naviguer avec Marie-José Pérec », a abondé Armel Le Cléac’h. « Je l’ai vue, comme tout le monde, gagner ses médailles d’or devant la télé. C’était dingue. Et la voir avec moi aujourd’hui sur le bateau, ça va être super. Ça va être une belle aventure ».

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Depuis l’arrivée de la flamme à Marseille à bord du Belem, près de 1,2 million de personnes ont assisté à son parcours, selon le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici