AccueilSportsParis 2024 : la ville de Miramas se met à l’heure du Kenya

Paris 2024 : la ville de Miramas se met à l’heure du Kenya

« Karibu Miramas ! » Dans les Bouches-du-Rhône, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Marseille, la ville de Miramas découvre le swahili. Vendredi 2 février, la municipalité a signé un partenariat avec le Comité national olympique du Kenya (NOCK) pour accueillir les athlètes kényans avant les Jeux olympiques de Paris et leur souhaiter ainsi la bienvenue. A partir de juin, la ville va servir de centre d’entraînement et de camp de base à la délégation kényane composée d’une centaine de compétiteurs (en athlétisme mais également en taekwondo, boxe, beach-volley…) et d’une trentaine de membres de l’encadrement (entraîneurs, médecins…).

Si de nombreuses délégations étrangères ont choisi d’installer leur centre de préparation aux Jeux autour de Paris (les Etats-Unis à Eaubonne, dans le Val-d’Oise, le Brésil à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis…) le Kenya, l’une des plus importantes délégations africaines, a choisi le Midi. « Nous avons confiance en Miramas, assure Paul Tergat, star de l’athlétisme – quintuple champion du monde de cross-country et double médaillé d’argent sur 10 000 m –, devenu président du NOCK. Nos athlètes vont pouvoir s’entraîner sereinement et cet environnement va accroître nos performances… »

Les liens entre Miramas et le Kenya se sont tissés en 2014 lorsque le marathonien Daniel Chirchir, ancien lièvre de Paul Tergat, a rejoint l’Athletic Club Miramas (ACM). « Je suis d’abord arrivé à Marseille mais il y avait trop de monde pour s’entraîner convenablement, se souvient-il. A Miramas, j’ai trouvé une ambiance conviviale et des conditions idéales. » Dans sa foulée, d’autres coureurs kényans l’ont rejoint, comme Paul Koech, médaillé de bronze olympique (2004) du 3 000 m steeple.

En 2019, lors d’un voyage au Kenya, l’ACM a signé un partenariat avec la fédération kényane d’athlétisme car entre-temps, le Stadium Miramas Métropole, une enceinte de 5 500 places, est sorti de terre. Ce stade ultramoderne, qui a permis à la ville d’être labellisée « Terre de Jeux 2024 », est le troisième complexe couvert le plus important d’Europe. « Miramas présente d’innombrables avantages pour la préparation de nos athlètes, se félicite Ababu Namwamba, ministre des sports du Kenya. Le climat méditerranéen est fantastique, les gens sont chaleureux et les conditions d’entraînement excellentes. Tout est parfait ! »

« Une formidable ouverture sur le monde »

A Miramas, qui compte plus de 10 000 licenciés dans des clubs sportifs pour 27 000 habitants, l’engouement pour les Jeux olympiques et les athlètes kényans est palpable. Il va aller crescendo au fil des mois. En plus des concerts et des animations prévues, une maison du Kenya destinée à présenter la culture du pays va ouvrir ses portes en centre-ville. « Recevoir la délégation kényane représente une formidable ouverture sur le monde, se félicite le maire, Frédéric Vigouroux. Toute la jeunesse de Miramas sera associée à l’événement. En plus des retombées économiques, des relations territoriales vont s’établir, notamment en matière de protection de l’environnement car le Kenya est en avance dans ce domaine. »

Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici