AccueilSportsParis 2024 : le Marathon pour tous, 35 000 dossards distribués parmi plus de 400 000 candidats

Paris 2024 : le Marathon pour tous, 35 000 dossards distribués parmi plus de 400 000 candidats

Paris 2024 entre dans la dernière ligne droite : dans moins de six mois, les bateaux transportant les différentes délégations défileront sur la Seine lors de la cérémonie d’ouverture. Et, pour les participants au Marathon pour tous (MPT), l’heure est à la préparation. Du moins les quelque 35 000 chanceux qui ont déjà obtenu un dossard.

Intercalée entre les marathons masculin et féminin des Jeux olympiques, cette épreuve consiste en deux courses, ouvertes au grand public, qui se dérouleront dans la soirée du 10 août. La première suit les 42,195 kilomètres du parcours olympique. La seconde propose un format plus court et plus accessible – 10 kilomètres – en plein cœur de la capitale. Au total, 40 048 chasubles vont être distribuées, soit 20 024 pour chaque rendez-vous ; clin d’œil à l’année des Jeux. Un nombre bien inférieur à la très forte demande, qui a forcément fait des déçus.

Directeur de l’engagement de Paris 2024, Romain Lachens s’est félicité « d’un engouement populaire assez incroyable ». Les heureux élus ont été sélectionnés parmi les 400 000 coureurs qui ont réussi à cumuler plus de 100 000 points à travers des challenges de courses à pied, dans le cadre du Club Paris 2024 ou de l’application Marathon pour tous, au 31 décembre 2023. « Nous avons récompensé la régularité, l’assiduité et l’historique », explique le dirigeant.

Selon lui, « plus de 4,7 millions de personnes » sont devenues membres du Club Paris 2024, notamment dans l’optique de remporter l’un des précieux dossards. Cette plate-forme participative du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop), lancée en juillet 2020, permet aux internautes de recevoir des informations sur les JO, de participer à des défis sportifs et de gagner toute sorte de récompense.

Un suivi personnalisé pour les sportifs en situation de handicap

Un quart des participants au marathon s’essaieront pour la première fois à cette distance. Le profil type pour le moment ? « Un coureur de 38 ans, qui habite en France », expose le Cojop – mais 18 % des participants résident à l’étranger, dans 110 pays différents. « On a été harcelés de demandes, de gens qui rêvent de pouvoir faire partie de cette aventure exceptionnelle », a témoigné Tony Estanguet, le président de Paris 2024, en conférence de presse ce 31 janvier. Après la France, les Etats-Unis forment le plus grand contingent, et la Belgique complète le podium d’une distribution strictement paritaire – avoir autant de femmes que d’hommes était l’une des ambitions des organisateurs.

Les doyens du MPT seront respectivement âgés de 83 ans, chez les femmes, et de 92 ans, pour les hommes, mais s’aligneront sur le 10 kilomètres. Le tracé des 42 kilomètres est particulièrement exigeant, avec un dénivelé positif de 438 mètres, chose rare dans un marathon. « Avec des pentes proches de 13,5 %, ça va casser des pattes », a souligné Aurélie Merle, directrice des sports pour Paris 2024, en conférence de presse. Des difficultés accrues pour les personnes en situation de handicap – le marathon des JO paralympiques n’emprunte d’ailleurs pas le même parcours –, mais la Fédération française d’athlétisme et les organisateurs des Jeux vont proposer des plans d’entraînements adaptés. Un suivi personnalisé a été proposé à tous les participants en situation de handicap, afin de préparer au mieux leur participation à la course, qu’il s’agisse de la présence d’un accompagnant ou de l’usage de matériel personnel.

Le jour J, les participants seront accompagnés et pourront s’inspirer de grands noms du sport dans le sas de départ – huit seront alignés sur chacune des épreuves. Parmi eux, l’ex-biathlète Martin Fourcade, l’ancienne joueuse de tennis Amélie Mauresmo, le double champion olympique de triathlon, le Britannique Alistair Brownlee, ou encore le quadruple médaillé olympique de tennis-fauteuil Michaël Jeremiasz.

Les quelque 5 000 dossards encore disponibles doivent être attribués dans les prochaines semaines par le partenaire et fournisseur officiel Orange – chargé entre autres d’équiper les sites olympiques en très haut débit et de gérer la billetterie électronique –, dans ses boutiques ou à travers son compte Instagram spécifique via des concours et des courses. Quant à ceux qui n’arriveront pas à obtenir l’un des précieux sésames, ils pourront tout de même prendre part – un peu – aux Jeux. Paris 2024 ambitionne de battre le record de la plus grande course connectée du monde en invitant ceux et celles qui le souhaitent à courir un minimum de trente minutes le 10 août, seul, en groupe, en salle ou à l’extérieur, à Paris ou en province, par l’application Marathon pour tous.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

  • La préparation des athlètes françaises et français

Intégrer le top 5 des médailles, un « objectif plus que jamais atteignable » pour les Français

Pour les athlètes français, la fête olympique se mérite

Ces athlètes français qui jouent les prolongations jusqu’à Paris 2024

Paris 2024 : Titouan Castryck, le crack qui « révolutionne » le kayak

Sur le bassin des Jeux, Titouan Castryck, espoir du kayak, dompte le froid et les remous

Kenny Atkinson, l’inattendu atout américain de l’équipe de France de basket

Transports : les autorités rassurent mais les défis restent immenses

Tout ce qu’il faut savoir sur les conditions de circulation durant les Jeux

La vidéosurveillance algorithmique sera « déployée de manière limitée » durant les Jeux

« Le Stade de France, soyons clairs, n’est pas un plan B » pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques

Les chantiers olympiques arrivent dans les temps

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés 

  • La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

Ces lutteurs russes dont la neutralité est contestée

Le football et les Jeux paralympiques, deux défis en matière de billetterie

Le Comité d’organisation pioche dans sa réserve pour maintenir le budget des Jeux à l’équilibre

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

A La Courneuve, on « aimerait voir arriver les Jeux avec des yeux d’enfant »

  • Paris à l’heure des Jeux

Les hôteliers font flamber leurs tarifs, les contrôles vont s’intensifier

Des lieux culturels inquiets et en mal d’informations à sept mois des Jeux olympiques

Les tournages de films seront interdits dans la capitale pour la première fois pendant trois mois

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

197 projets de fan-zones Club 2024, mais l’initiative est boudée par quelques grandes villes

Nîmes et son club de tir à l’arc incontournables sur la route des Jeux

Besançon affiche son « engagement total » pour les Jeux

A Marseille, les réservations hôtelières ne décollent pas pour les Jeux

Des « JO métropolitains » à Lyon pour imprimer une certaine idée du sport

  • Les enjeux environnementaux

Le difficile pari de JO « écolos »

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Jeux d’hiver 2030 et 2034 : un cadre de Paris 2024 visé par une plainte



Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici