AccueilSportsParis 2024 : les organisateurs des Jeux veulent faire fermer des péniches lors de...

Paris 2024 : les organisateurs des Jeux veulent faire fermer des péniches lors de la cérémonie d’ouverture

Elles figureront au premier plan, le 26 juillet, pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Les péniches parisiennes composeront la quasi-totalité du convoi d’une centaine de bateaux qui défileront entre les ponts d’Austerlitz et d’Iéna, et en mondovision, avec les délégations d’athlètes à leur bord. Un certain nombre de barges commerciales (hébergeant des restaurants, des bars…) seront également mobilisées par le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) de Paris 2024 pour accueillir des spectateurs, le long des quais où elles sont amarrées. Mais cette position privilégiée, au plus près de la parade fluviale, ne va pas sans provoquer quelques tensions.

Le Cojop a signé des contrats avec les propriétaires de sept péniches commerciales afin de les transformer en lieux d’accueil pour les VIP ce jour-là. Une opération réalisée par le biais de la société américaine On Location, fournisseur exclusif des « hospitalités » des Jeux (billetterie haut de gamme, services de transport, d’hébergement, de restauration…).

Les propriétaires de trois ou quatre bateaux ont toutefois, selon plusieurs sources, refusé de s’inscrire dans ce cadre. Résultat, Paris 2024 souhaite obtenir leur fermeture le jour de la cérémonie. Les organisateurs des Jeux ne veulent pas que les recettes issues de la vente, au prix fort, des places de choix que peuvent offrir ces péniches situées sur le parcours du défilé leur échappent.

Sollicitée, la direction du Cojop a déclaré dans un premier temps, mardi, que les péniches « qui n’ont pas contractualisé devront fermer », sans confirmer ni infirmer le chiffre de trois ou quatre bateaux concernés. Mercredi, Paris 2024 a précisé qu’« à date, un seul bateau a refusé » de signer avec On Location et que « les autres n’ont pas encore été sollicités car les besoins sont couverts avec les sept bateaux déjà contractualisés ». « Les discussions sont toujours en cours avec la préfecture » sur la question de la femeture, expliquait par ailleurs Paris 2024, mardi.

« Pénaliser le moins possible la vie économique »

Du côté du ministère de l’éducation nationale, des sports et des Jeux olympiques et paralympiques, on dit comprendre que la situation pose un problème à Paris 2024. On rappelle cependant aussi que, si une fermeture de ces bateaux devait être imposée, cela devrait conduire à une indemnisation, et que la décision de fermer ou pas les établissements concernés appartient à la Préfecture de police de Paris.

Cette dernière avait eu l’occasion d’exposer sa « philosophie » lorsque avaient été présentés, à la fin du mois de novembre 2023, les périmètres de sécurité qui seront mis en place autour des différents sites olympiques, ainsi que les éléments de régulation de la circulation durant la période des Jeux.

Il vous reste 20% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici