AccueilSportsTennis: la Polonaise Iga Swiatek décroche son 4e sacre à Roland-Garros

Tennis: la Polonaise Iga Swiatek décroche son 4e sacre à Roland-Garros

Le titre lui était promis, encore fallait-il aller le chercher : c’est ce qu’a fait sans trembler la Polonaise Iga Swiatek, qui a remporté son quatrième sacre à Roland-Garros, le troisième d’affilée, en dominant nettement l’Italienne Jasmine Paolini (6-2, 6-1) ce samedi 8 juin.

Publié le :

4 mn

« J’adore cet endroit ! », a lancé Swiatek pour débuter sa litanie de remerciements, la casquette toujours vissée bas sur le crâne et qu’elle n’a même pas enlevée pour l’hymne. « Jouer contre toi ici, c’est vraiment ce qu’il y a de plus difficile en tennis. Tu es numéro 1, tu as gagné cinq titres du Grand Chelem, félicitations… que dire d’autre ? », a déclaré pour sa part Paolini, qui jouait à 28 ans sa première finale de Grand Chelem.

C’est sur ce court Philippe-Chatrier que la Polonaise s’était fait connaître en remportant son premier titre du Grand Chelem à la surprise générale en 2020. Depuis, elle a remporté au total quatre fois ce tournoi en cinq ans et cinq titres du Grand Chelem avec également l’US Open 2022, s’est établie en incontestée numéro 1 mondiale et en incontestable reine de la terre battue.

Elle est ainsi la seconde joueuse à réussir le triplé Madrid-Rome-Roland-Garros depuis Serena Williams en 2013. Et ses statistiques sur la terre parisienne commencent à avoir un air nadalien : depuis sa première participation en 2019, la Polonaise, aujourd’hui âgée de 23 ans, compte 35 victoires pour deux défaites.

Avec Hénin et Seles

Avec cette 21e victoire d’affilée à Roland-Garros, Swiatek dépasse Steffi Graf (20) et n’a plus devant elle que Justine Henin (24), Monica Seles (25) et la reine Chris Evert (29). Cette dernière, ainsi que sa grande rivale Martina Navratilova, étaient présentes ce 8 juin et ont remis les trophées aux finalistes.

Swiatek devient également la première joueuse à remporter trois fois les Internationaux de France d’affilée depuis Justine Henin (2005 à 2007) et la troisième de l’histoire après Monica Seles (1990 à 92). Au palmarès, seules Evert (7) et Graf (6) détiennent plus de titres qu’elle à Paris.

Paolini a bien tenté l’échange coup pour coup façon Ali-Frazier. Et si quelques uns de ses directs ont fait mouche, elle s’est surtout fatiguée. Et elle n’a pas suffisamment réussi à entrer dans la défense de son adversaire pour placer des crochets dévastateurs comme elle l’avait fait face à Elena Rybakina en quarts. Si l’Italienne a réussi le premier break de la partie, pour mener 2-1 dans la première manche, cela n’a fait que réveiller complètement la terreur polonaise qui a enchaîné dix jeux d’affilée pour empocher le premier set et se détacher 5-0 dans le second.

« Les plus beaux jours de ma vie »

Finalement, Swiatek n’aura connu qu’une alerte dans ce tournoi : la balle de match qu’elle a sauvée au deuxième tour contre l’ex-numéro 1 mondiale Naomi Osaka. Par la suite, elle n’a plus perdu que 17 jeux en cinq matchs. En huitième de finale, elle n’a même cédé que dix points et pas le moindre jeu pour écarter la Russe Anastasia Potapova en 40 minutes. Aussi clinique et sans émotion qu’ait donc pu paraître son parcours vers le titre, Swiatek l’a toutefois savouré en montrant des signes de déstabilisation.

Une fois l’ultime balle de Paolini retombée trop longue derrière la ligne de fond du court, Swiatek est tombée à genoux et poings serrés, a hurlé sa joie en direction de son clan, avant de courir les rejoindre en tribune. Puis lors du discours, les mots sortaient comme d’habitude d’un ton monocorde et à haute vitesse… mais pas toujours dans le bon ordre. Reste qu’après cette démonstration de force, elle débutera lundi sa 107e semaine au sommet de la hiérarchie mondiale. Et sera suivie pour la première fois de Coco Gauff qui cueille les fruits de son parcours jusqu’en demi-finales.

Quant à Paolini, elle fera son entrée dans le top 10, au 7e rang. « Ces quinze jours ont été les plus beaux de ma vie et ça continue puisque je joue la finale du double (avec sa compatriote Sara Errani dimanche) », a lancé l’Italienne. « Ces quinze jours ont été très intenses et aujourd’hui ça a été dur, mais je suis très fière de moi », a-t-elle ajouté avant de lancer, en français, un « Merci beaucoup Paris ! » qui lui a permis de terminer sur un de ses désormais fameux sourires.

À lire aussiRoland-Garros: Alcaraz et Zverev sont enfin en finale à Paris

Source du contenu: www.rfi.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici