AccueilÉconomieTaxis volants : l’État autorise l’installation d’un héliport sur la Seine, la...

Taxis volants : l’État autorise l’installation d’un héliport sur la Seine, la mairie de Paris riposte

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Dans une note publiée au journal officiel, les autorités ont donné leur feu vert pour la mise en place temporaire d’une station pour taxis volants. La mairie de Paris a d’ores-et-déjà annoncé son intention d’attaquer l’arrêté.

Des taxis volantsen plein Paris. Le souhait d’Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris (ADP) est en passe de prendre vie. Le gouvernement vient de donner son feu vert à l’installation d’un héliport sur la Seine. Une décision publiée au journal officiel ce mardi 9 juillet autorise «la création, par Aéroports de Paris, d’une hélistation située sur le territoire de la ville de Paris».

L’hélistation devrait prendre place quai d’Austerlitz, dans le 13e arrondissement de Paris. La plateforme au «caractère expérimental» pourra être exploitée par ADP jusqu’au 31 décembre 2024. Les taxis volants développés depuis plusieurs années par la jeune pousse allemande Volocopter pourront s’y poser entre 8 heures et 17 heures. Les vols seront limités à 2 mouvements par heure et à 900 vols sur la totalité de l’expérimentation.

Les taxis volants ne devraient pas accueillir de passagers payants. Sans accord de l’EASA et la DGAC, les appareils ne pourront transporter que des invités triés sur le volet. Pour cette phase expérimentale, ADP prévoit de les faire transiter entre l’héliport d’Issy-les-Moulineaux et le « vertiport » de Paris-Austerlitz, entre Issy-les-Moulineaux et l’aérodrome de Saint-Cyr-l’École et entre l’aéroport d’affaires du Bourget et celui de Roissy-CDG.

Soutenu par la région Île-de-France, le projet d’installer une barge sur la Seine s’est longtemps heurté à l’opposition de certains élus de la ville de Paris, qui fustigent un mode de transport réservé aux riches. «Il n’y a rien qui va dans ce projet (…), un gadget totalement inutile et hyperpolluant pour quelques ultraprivilégiés pressés », avait notamment dénoncé Dan Lert, adjoint à la transition écologique, en novembre 2023. Le conseil de Paris avait alors rendu un avis négatif sur le projet. La mairie de Paris a fait savoir ce mardi son intention d’attaquer l’arrêté d’autorisation.


 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Source du contenu: www.lefigaro.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici