AccueilCultureUne place de la Concorde végétalisée et des voitures moins nombreuses : les...

Une place de la Concorde végétalisée et des voitures moins nombreuses : les priorités des experts pour transformer la plus grande place de Paris

L’instant photo aux côtés de la maire de Paris brandissant les douze préconisations sur le réaménagement de la place de la Concorde approchait, quand Jean-Jacques Aillagon, l’ancien ministre de la culture de Jean-Pierre Raffarin, a tenu à faire cet aveu. Quand Anne Hidalgo lui confie, en mars, la présidence de la commission qui doit définir les règles du concours qui permettront de renouer avec le passé du lieu tout en l’adaptant aux étés caniculaires, il ne croit pas une seule seconde à cette idée d’y planter des arbres. « Un contresens » : la place royale doit rester minérale comme elle l’a toujours été, assène-t-il. Mardi 18 juin, ce spécialiste de l’histoire de l’art a reconnu son erreur. La Concorde, plus vaste rond-point parisien, doit être végétalisée pour s’adapter au climat, mais aussi rappeler son histoire.

Cette étendue telle qu’on la connaît, plane, grise et pavée, n’est en réalité qu’une courte parenthèse dans la vie du site. La direction des affaires culturelles de la ville a retrouvé plans, peintures, photos. Les dimensions sont intactes : 7,79 hectares qui s’étendent des Tuileries aux Champs-Elysées, de l’ambassade des Etats-Unis à la Seine. Mais lorsque au XVIIIe siècle, l’architecte Ange-Jacques Gabriel dessine l’esplanade qui doit accueillir la statue du roi, il borde cet ancien terrain vague de fossés.

Très vite, ces derniers sont aménagés, deviennent des jardins. Un siècle plus tard, le concours organisé pour rénover les lieux demande de les préserver. Jusqu’à ce que Napoléon III, en 1852, les juge « dangereux et dommageables à la circulation grandissante » et ordonne de les combler. L’avènement de l’automobile transforme alors la place royale en gigantesque anneau routier.

Ilot de chaleur

Désimperméabiliser la moitié de l’un des îlots de chaleur parisiens les plus importants – la Concorde n’est que superlatifs – est l’une des préconisations majeures de la commission. Les données fournies par l’APUR, l’atelier parisien d’urbanisme, ont permis de documenter l’état du sous-sol : près de la moitié des anciens fossés sont en pleine terre, un tiers ont une profondeur supérieure à 2 mètres, et un quart entre 50 centimètres et un mètre.

Cette recommandation, comme les autres, fut adoptée à l’unanimité. Dix d’entre elles – les deux autres relèvent d’une charte – doivent figurer dans le cahier des charges du concours d’architecture lancé fin mai 2025. Les cinq équipes seront désignées en septembre, le lauréat connu en janvier, pour un début de travaux espéré en 2026.

Il vous reste 59.83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici