AccueilSportsWimbledon : Carlos Alcaraz met un terme au parcours d’Ugo Humbert, deux autres...

Wimbledon : Carlos Alcaraz met un terme au parcours d’Ugo Humbert, deux autres Français toujours en lice

Carlos Alcaraz tient à sa couronne. Tenant du titre à Wimbledon, l’Espagnol s’est qualifié, dimanche 7 juillet, pour les quarts de finale de l’édition 2024 en venant à bout d’Ugo Humbert. Spécialiste du gazon, le Français de 26 ans a pourtant lutté, remporté une manche, mais a fini par rendre les armes en quatre sets (6-3, 6-4, 1-6, 7-5).

C’est la deuxième fois qu’Humbert sort au niveau des huitièmes de finale du Grand Chelem londonien après l’édition 2019 où, encore inconnu sur le circuit, il avait été battu, sèchement, par Novak Djokovic. Cinq ans plus tard, le Français est entré sur le court central de Wimbledon avec plus d’expérience et un autre standing du haut de sa 16e place mondiale. Offensif et déterminé, il a néanmoins longtemps manqué de réalisme sur le service de son adversaire et a vu les deux premières manches filer en une heure trente.

Battu dès son entrée en lice à Roland-Garros, Humbert voulait surtout effacer la tournée 2023 sur gazon durant laquelle il n’était pas satisfait de son « état d’esprit », comme il l’expliquait au Monde en mai. Complètement transcendé dans la troisième manche, il a signé six jeux de suite pour infliger un cinglant 6-1 à Carlos Alcaraz, soudainement sans solution et multipliant les regards inquiets en direction de son clan.

Ces derniers se sont même intensifiés dans la quatrième manche quand Humbert a continué à accélérer pour effacer un break de retard, et obtenir trois nouvelles occasions de prendre le service du numéro trois mondial à 4-4. Le moment qu’a choisi Alcaraz pour retrouver sa fougue offensive et finir à toute allure le match sur un dernier service gagnant. Emmené dans une cinquième manche au tour précédent par l’Américain Frances Tiafoe, l’Espagnol s’est cette fois évité le passage par une périlleuse manche décisive.

En quête de doublé

Vainqueur sur la terre battue parisienne en juin, Carlos Alcaraz n’est plus qu’à trois victoires d’un doublé Roland-Garros – Wimbledon réussi par seulement quatre hommes par le passé : Björn Borg (1978, 1979 et 1980) Rafael Nadal (2008 et 2010), Roger Federer (2009) et Novak Djokovic (2021). L’Espagnol affrontera le vainqueur du match entre Tommy Paul et Roberto Bautista Agut en quarts de finale.

La défaite d’Ugo Humbert ne met pas, pour autant, un terme aux espoirs français sur le gazon du All England Lawn Tennis and Croquet Club. Contrairement à Roland-Garros – où le seul Corentin Moutet avait réussi à rallier les huitièmes de finale du tournoi masculin –, les tricolores ont déboulé en nombre en deuxième semaine du tournoi. Lundi, Giovanni Mpetshi Perricard (58e mondial) et Arthur Fils (34e), 20 ans chacun, viseront à leur tour les quarts de finale.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Le crépuscule de Rafael Nadal

Pour le premier nommé, cette performance tient à la fois de la logique et de la surprise. Du haut de son 2,03 m, Mpetshi Perricard profite des conditions rapides de Wimbledon pour enchaîner les montées au filet et les aces : en trois tours, il en a déjà « claqué » 105. Le voilà prêt à affronter l’artiste italien Lorenzo Musetti (25e mondial) et son revers à une main.

Mais si le jeu du Français semble être fait pour l’herbe, pas grand monde ne l’attendait encore en course au soir du 27 juin. Eliminé ce jour-là au troisième tour des qualifications par son compatriote Maxime Janvier, le géant a bénéficié du forfait au dernier moment de l’Espagnol Alejandro Davidovich Fokina pour être repêché et intégrer le grand tableau en qualité de lucky loser.

Le drôle de tournoi d’Arthur Fils

Lui qui n’avait jamais remporté un match en tournoi du Grand Chelem avant d’arriver à Londres n’a pas laissé passer sa chance. Impressionnant de sang-froid malgré son âge, Giovanni Mpetshi Perricard a notamment disposé au passage de Sebastian Korda (tête de série 20) au terme d’un combat marqué par les tie-breaks (7-6, 6-7, 7-6, 7-6, 6-3). Le service est bien rodé, le reste du jeu aussi pour celui dont la carrière ne cesse de s’accélérer ces dernières semaines.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Après un premier titre professionnel à Lyon, en mai, il a découvert l’ambiance d’un Majeur à Roland-Garros, où il s’est incliné au premier tour contre le Belge David Goffin. Son « meilleur pote » Arthur Fils a connu la même déception, mais retrouve des couleurs loin de l’ocre. Pour son premier huitième de finale de Grand Chelem, il affrontera l’Australien Alex de Minaur (9e mondial), qui a profité de l’abandon au tour précédent d’un autre Français, Lucas Pouille, battu sans pouvoir combattre par une blessure abdominale.

Le Français Giovanni Mpetshi Perricard, 20 ans, le 6 juillet 2024 à Wimbledon.

Vainqueur de Roland-Garros junior en double aux côtés d’un certain Giovanni Mpetshi Perricard en 2021, Fils a lui aussi connu un drôle de début de tournoi à Wimbledon. Après un premier tour bien négocié contre le Suisse Dominic Striker, il est venu à bout d’Hubert Hurkacz (7e mondial) sans avoir à jouer de balle de match : alors qu’il était mené deux sets à un, le Polonais s’est blessé sur un plongeon dans le tie-break de la quatrième manche et a dû abandonner.

Au tour suivant, le jeune Français a cette fois bataillé jusqu’au bout pour se défaire en cinq sets du Russe Roman Safiullin. Fils et Mpetshi Perricard auraient même pu être accompagnés par un troisième français lundi lors des huitièmes de finale, mais Quentin Halys n’a pas tenu sur la longueur face au Danois Holger Rune (15e), vainqueur après avoir remonté un débours de deux manches.

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici